Les études de marché se font sur Twitter

Par 07 avril 2010
Mots-clés : Future of Retail

HP Labs a étudié le nombre de messages générés sur un produit et leur teneur sur le site de micro-blogging. Résultat : cela lui a permis de prédire le succès et la longévité sur le marché de ce dernier.

La quantité et la variabilité de l'information diffusée sur les médias sociaux comme Twitter permet de faire ressortir des données objectives sur le succès à venir d'un produit ou d'une opération. Comme l'attention qu'ils suscitent, la durée de leur succès et les résultats financiers qu'ils peuvent générer. Voici l'affirmation qui ressort d'une étude menée par deux chercheurs californiens du centre HP Labs. Ces derniers ont mis au point un modèle de prédiction basé sur l'analyse du nombre de gazouillis rédigés dans un temps donné sur un produit en particulier. Ainsi que le sentiment - positif ou négatif - de leurs contenus. Des données comme le nombre de retweets d'un message et le renvoi vers un article ou une publicité concernant le produit a aussi été pris en compte.
Les tweets : des indicateurs de succès et de longévité pour les produits
Pour élaborer cela, les chercheurs se sont intéressés aux œuvres cinématographiques. Le but : prévoir le succès probable d'un long métrage et sa longévité dans le box office. Ils ont calculé le pourcentage de tweets que le film étudié pouvait générer avant sa sortie. Ce qui leur a permis de proposer des probabilités sur le succès que ce long métrage allait rencontrer. Une semaine après la sortie du film, ils ont confronté leurs propositions, avec les données réelles, qui se sont révélées très proches de leurs prédictions. Ils ont ainsi établi qu’il existait une forte corrélation entre l’intérêt que l’on retrouve sur Twitter pour un film et son succès ensuite dans le box-office. Cette corrélation a par ailleurs permis d’estimer le résultat financier que les producteurs pouvaient espérer.
Des statistiques plus exactes que celles révélées dans des enquêtes d’opinion
Selon eux, leurs prédictions se sont même révélées plus exactes qu’Hollywood Stock, le spécialiste des statistiques de cinéma. Dans un second temps, et après la sortie du long métrage en salle, ils se sont intéressés plus particulièrement aux contenus des tweets. C'est-à-dire au pourcentage de messages positifs et négatifs qu’ils diffusaient. Cela en utilisant une bibliothèque d'outils dédiés. Grâce à ce second ratio, ils ont pu prévoir combien de temps le film continuerait de paraître au box office. A noter : l’étude a analysé durant trois mois près de trois millions de tweets concernant vingt-quatre films.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas