Europay lance une opération pilote de commerce électronique basée sur la

Par 23 octobre 1997

carte à puce et le protocole C-SET. Filiale commune aux groupes Crédit Agricole, Crédit Mutuel, Banque Populaire, CIC et à la Poste, Europay a profité du salon "Cartes 97" pour lancer Cybercard, une...

carte à puce et le protocole C-SET. Filiale commune aux groupes Crédit
Agricole, Crédit Mutuel, Banque Populaire, CIC et à la Poste, Europay a
profité du salon "Cartes 97" pour lancer Cybercard, une première à Paris.
Les détenteurs de cartes Eurocard/Mastercard vont bientôt pouvoir se
connecter à l'un des vingt-quatre commerçants participant à l'opération.
Un lecteur de cartes à puce Bull raccordé à leur ordinateur permettra
d'effectuer les transactions. D'ici la fin de l'année, ces utilisateurs
seront environ 2 000 et 10 000 en 1998. La reconnaissance juridique de la
composition du code confidentiel comme signature de l'achat, l'assurance
pour le commerçant que le client est bien celui qu'il prétend être, le
rôle de pare-feu tenu par le lecteur de cartes à puce sont les principaux
arguments sécurité de ce système. Le taux de fraude de la carte à puce est
le plus bas de tous les moyens de paiement (1 pour
4 400). La fraude est quinze fois plus importante aux Etats-Unis avec des
cartes bancaires classiques. Pour l'instant, les lecteurs de cartes à puce
sont payants (400 F). Cependant, en accompagnement de leurs services de
type "banque à domicile", certaines banques auraient prévu de les offrir.
La pérennité de C-SET semble assurée particulièrement en Europe. Comme
l'indique Claude Menesguen, président du Groupement cartes bancaires
"Kleline (concurrent d'Europay) vient d'adopter C-SET. Le Groupement Carte
bleue, rattaché à Visa, vient d'adopter un traducteur C-SET. La Belgique,
l'Allemagne, la Hollande et le Portugal seront sans doute les prochaines à
l'utiliser".
(01 Informatique - 17/10/1997)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas