Europe : La banque et l'assurance s'ouvrent peu à peu à Linux

Par 13 janvier 2005
Mots-clés : Smart city, Europe

L'éditeur américain Cincom, spécialiste de solutions sur mesure pour les Banques et Assurances, a réalisé une enquête axée sur les environnements de développement auprès de 100 organismes...

L'éditeur américain Cincom, spécialiste de solutions sur mesure pour les Banques et Assurances, a réalisé une enquête axée sur les environnements de développement auprès de 100 organismes bancaires et d'assurance. Son objectif était de distinguer les grandes orientations et d'adapter son portefeuille de logiciels aux évolutions des architectures informatiques de ses clients.

Il apparaît selon l'enquête que lorsqu'on interroge les organismes sur leur préférence en terme d'environnement de développement, ce sont les deux grands acteurs du marché, IBM et Microsoft, qui remportent les suffrages, même si on note des différences entre pays. La France, l'Italie, et l'Espagne plébiscitent IBM Websphère, à respectivement 85 %, 55 % et 58 % des personnes interrogées. Alors que l'Angleterre accorde plutôt sa préférence à Microsoft et sa plate-forme MS.NET (42 %).
En interrogeant les directeurs informatiques sur les environnements sur lesquels vont s'appuyer leurs projets concrets de développement, 33 % des DSI en France évoquent IBM Websphère et 25 % MS.NET en Angleterre. En Espagne, seuls 5 % des DSI retiennent IBM Websphère.
Quant aux plates-formes actuelles de référence dans les organismes bancaires et d'assurance, Windows arrive largement en tête dans les quatre pays avec un taux de 96 % en Angleterre, 91 % en Italie et 84 % en Espagne. La France répartit davantage ses choix avec un taux de 67 % pour Windows, 33 % pour le mainframe et 22 % pour Unix. Le mainframe reste également un choix d'architecture retenu par 37 % des directeurs informatiques espagnols.
Ceci dit, l'Espagne et l'Italie s'ouvrent très largement à Linux avec respectivement 21 % et 36 % des directeurs informatiques qui ont retenu cet environnement. L'Angleterre et la France sont plus frileuses même si on note un intérêt grandissant avec 8 % des directeurs informatiques britanniques ayant opté pour Linux et 11 % des organismes hexagonaux.

(Atelier groupe BNP Paribas - 13/01/2005)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas