Europe : une reprise moins rapide dans les TIC et télécommunications

Par 09 octobre 2003
Mots-clés : Smart city, Europe

The European information Technology Observatory (EITO), association financée par la Commission européenne, vient de rabaisser ses prévisions de croissance sur le marché ouest-européen des ...

The European information Technology Observatory (EITO), association financée par la Commission européenne, vient de rabaisser ses prévisions de croissance sur le marché ouest-européen des technologies de l’information et des télécommunications. Cette dernière estime que les investissements devraient augmenter de seulement 1 % par rapport à l’année 2002, contre une prévision initialement établie à 2,5 %.

La cause de ce réajustement ? Une demande un peu moins forte que prévue de la part des entreprises européennes qui sélectionnent davantage leurs investissements ou reportent certains grands projet à l’année prochaine. De fait, le chiffre d’affaires global de ces marchés ouest-européens devrait représenter 590 milliards d’euros en 2003 et 609 milliards d’euros en 2004, soit 3,2 % d’augmentation.

Autres facteurs de blocage ? Malgré le succès croissant de l’ADSL, huit pays de l’Union Européenne sont accusés par la Commission européenne de ne pas favoriser assez la concurrence dans le secteur des télécommunications. Hier, la Commission a annoncé qu’elle enverrait une lettre de rappel de principes aux huit capitales concernées : Bruxelles, Berlin, Athènes, Madrid, Luxembourg, La Haye, Lisbonne et Paris. Si aucune action n’est rapidement entreprise par ces dernières, la Commission saisira la Cour européenne de Justice.

(Atelier groupe BNP Paribas – 09/10/2003)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas