Externaliser ses infrastructures technologiques se généralise

Par 08 juin 2010

Le succès des services hébergés dans les nuages encourage les compagnies à de moins en moins héberger en interne leurs infrastructures high-tech. Tout du moins aux Etats-Unis, Royaume-Uni et Singapour.

Le nombre d'entreprises qui externalisent leurs infrastructures technologiques aux Etats-Unis, Royaume-Uni et Singapour passera de moins de 20 % en 2010 à plus de 60 % en 2020, juge Savvis dans un rapport. Pour la majorité des personnes interrogées la raison en est simple : les maintenir en son sein n'est plus un atout compétitif. Autre chose, et c'est là un point clé : l'engouement pour les solutions de cloud computing accélère l'acceptation de l'utilisation de services hébergés en dehors de l'entreprise. Et donc facilite le recours à des infrastructures éloignées pour l'ensemble de ses services. "L'outsourcing se généralise dans l'industrie high-tech, et les entreprises se rendent compte des économies d'échelles qui accompagnent les modèles de services gérés",explique Bryan Doerr, responsable du bureau technologique chez Savvis. "Cela fait qu'elles commencent à trouver difficile de justifier le fait d'avoir leurs propres infrastructures technologiques".
Une externalisation variable selon les pays
Une part importante des personnes interrogées a ainsi déclaré utiliser ou s'apprêter à le faire des services dans les nuages pour répondre à une partie de leurs besoins. Et un large pourcentage s'annonce convaincu qu'externaliser ses infrastructures technologiques permettra de bénéficier de solutions de meilleure qualité. Mais aussi de profiter de capacités de stockages extensibles. Toutefois la proportion du recours à ces solutions  varie fortement d'un pays à l'autre. Ainsi, 90 % des entreprises britanniques hébergent encore la majorité de leurs infrastructures IT en interne, suivies par 80 % des entreprises américaines et 60 % de celles situés à Singapour. Des chiffres qui, selon le rapport, devraient diminuer de moitié d'ici à 2020. C'est d'ailleurs le Royaume-Uni qui devrait effectuer le tournant le plus radical, en allant jusqu'à prendre la tête des entreprises qui utilisent le plus des infrastructures externalisées.
Certains freins demeurent
Restent que certains facteurs - en premier lieu, la sécurité - freinent encore le passage vers ce type de solutions. Plus de la moitié des entreprises interrogées ne sont pas rassurées quand à la sécurité de leurs données dites "sensibles". Un peu plus d'un quart d'entre elles visualisent mal les services proposés par les hébergeurs dans les nuages. Tandis qu'un autre quart reproche au cloud computing de ne pas avoir encore réellement fait ses preuves. L'étude a été réalisée auprès de professionnels du secteur technologique et de preneurs de décisions issus de moyennes et grandes entreprises et de compagnies du secteur public. A noter que Savvis est spécialisé dans les infrastructures en cloud et dans les solutions hébergées pour les entreprises.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas