L'Eyestop, l'abribus du futur

Par 05 mars 2010

Souvenez-vous : 2002, quand Spielberg rencontre l’univers de Philipp K. Dick, ça donnait le film d’anticipation, Minority Report.
Avec ces écrans transparents sur lesquels on peut faire défiler de l’information du bout des doigts et la publicité qui s’adapte en un coup de scanner oculaire.
Ce qui, à l’époque, me faisait hausser le sourcil, perplexe.

Quelques mois passés à L’Atelier auront suffi pour m’informer que si, si, ça arrive. Si ce n’est pas déjà arrivé.

Les écrans transparents à la Minority Report, on en a parlé récemment à l’Atelier Numérique, en évoquant le Xperia Pureness à l’écran transparent.
Quant à la pub qui s’adapte selon la personne, ça approche, comme nous apprend L'Atelier avec l'article sur le miroir publicitaire Luxury Tec.

Toujours sous épiphanie Atelier-esque, je vous parlerai aujourd’hui transports du futur. Plus précisément, d’abribus.
Il s’agit d’un projet du SENSEable City Lab du MIT, sur lequel architectes et ingénieurs travaillent d’arrache-pied depuis quelque temps.

Trois mots-clés pour décrire cet abribus : il sera informatif, interactif mais aussi communautaire.

Informatif et interactif, car les usagers pourront planifier leur trajet sur une carte interactive ou récolter quelques informations touristiques, en attendant leur bus.

Connaître à quelle distance et à combien de temps (sic) est stationné le bus attendu. Selon la proximité du bus, l’abribus brillera à différentes intensités, comme signal.

Les usagers pourront également surfer sur le net ou interagir avec l’abribus avec leur téléphone portable.

Communautaire car il sera possible de poster des annonces ou informations sur un tableau d’affichage électronique de cet abribus.

Et en plus, cet arrêt sera écolo avec des écrans à encre digitale, fonctionnant exclusivement à l’énergie solaire. Ce qui veut dire aussi que les annonceurs n’auraient plus besoin d’imprimer des affiches pour abribus.

Le MIT devrait présenter un prototype plus abouti d’ici l’automne 2010.

A quand les voitures volantes du 5e élément ?

(et si, si, ami Romain, we can)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas