Le fabricant américain de semi-conducteurs, Atmel, devrait investir 2,4

Par 11 décembre 1997

milliards de F sur son site de Rousset, près de Marseille. Pour l'extension de sa toute récente usine "Fab 7" achevée cet été, Bernard Pruniaux, le PDG d'Atmel-ES2, filiale de la société californien...

milliards de F sur son site de Rousset, près de Marseille. Pour
l'extension de sa toute récente usine "Fab 7" achevée cet été, Bernard
Pruniaux, le PDG d'Atmel-ES2, filiale de la société californienne Atmel,
compte investir 2,4 milliards de F et créer 500 emplois nouveaux. Le feu
vert devrait être donnée lors de l'inauguration du site de production. Cet
agrandissement permettra de fabriquer des "tranches" de silicium de 8
pouces avec une précision de 0,25 micron "ce qui se fait de mieux au
niveau mondial avec les technologies les plus avancées". L'usine devrait
porter sa production, avant l'an 2002, à 70 000 "tranches" par semaine, et
devenir l'une des plus importantes d'Europe. Depuis l'implantation en 1995
d'Amtel à Rousset, le village est devenu la capitale d'une Silicon Valley
provençale (25 % de la micro-électronique française, plus de 40 % dans
deux ans). Pour cette nouvelle phase, Atmel demande de nouvelles aides
publiques d'un montant d'environ 200 millions de F. En cas de refus, elle
pourrait opter pour la Suède ou la Malaisie. En 1995, les collectivités et
l'Etat lui avaient débloqué une aide de 350 millions de F. Si le conseil
régional Provence-Alpes-Côte d'Azur doit se prononcer demain, le conseil
général des Bouches-du-Rhône a, pour sa part, déjà assuré ses partenaires
qu'il interviendrait de "manière substantielle" dans ce dossier.
(La Tribune - 11/12/1997)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas