Face à la démultiplication des outils de partage, les entreprises craignent pour leurs données

Par 20 août 2012
Employé regardant par le trou d'un mur

Une majorité des entreprises ne seraient pas en mesure de fournir à leurs collaborateurs des outils de partage et de stockage de fichiers. Les raisons ?

Les solutions permettant le partage d'information, via de nouveaux services ou des périphériques mobiles, devraient en théorie améliorer la collaboration et la productivité au sein des entreprises. Toutefois, ces nouveaux usages s'avèreraient risqués et poseraient la question de la sécurité des données sensibles, selon les résultats d'une étude menée par le Ponemon Institute. En effet, 90% des entreprises interrogées auraient fait l'expérience d'une fuite ou d'une perte d'information ou de documents confidentiels au cours de ces douze derniers mois. En conséquence, 77% des sondés ne seraient pas en mesure de fournir une solution de partage de document sécurisée à leurs salariés.

La mobilité responsable ?

De ce fait, 85% des entreprises sondées utiliseraient des outils de partage de fichiers externes qui ne seraient pas sécurisés, tels que les clés USB, les pièces jointes d'emails et les plateformes de stockage de documents dans le cloud. Les nouveaux modes de travail orienté vers toujours plus de mobilité seraient en partie responsable des failles de sécurité, mais également l'utilisation des appareils connectés aux documents de l'entreprise tels que les mobiles et les tablettes. En effet, ils représenteraient une menace significative pour la sécurité des données pour 65% des dirigeants interrogés.

Les outils plus risqués

Selon l'étude, les systèmes les plus vulnérables à la perte ou au vol de données seraient d’abord les pièces jointes des emails pour 71% des répondants, suivi par les systèmes de stockage de données externes tels que les clés USB pour 68%, et enfin les disques durs externes pour 62%. Les données les plus sensibles concerneraient les informations relatives aux personnes, tant des prospects et des clients (50%), mais aussi celles relatives aux collaborateurs (47%) ainsi que les documents sur la recherche et le développement (23%). Les entreprises doivent donc s’efforcer de doter leurs collaborateurs d'outils pour faciliter le partage d'information. Mais elles doivent aussi repenser et mieux organiser leurs données, comme nous l'évoquions récemment en Océanie. A noter que les résultats de cette étude ont été sponsorisés par Watchlock, spécialiste en solution de sécurité.

* menée auprès de 622 entreprises spécialisées en technologie de l'information et en sécurité aux Etats-Unis

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas