Sur Facebook, le bien-être dépend de la stratégie menée

Par 25 juillet 2011
Mots-clés : Digital Working, Europe
facebook

Il existe des liens entre le nombres d'amis, les stratégies de présentation de soi sur Facebook, et le sentiment de satisfaction qu'en retirent les internautes.

Avec pas moins de 500 millions d’utilisateurs dans le monde, dont près de 30 % ayant entre 18 et 25 ans, Facebook est aujourd’hui sans conteste la première plate-forme sociale. Il est donc légitime de se demander quelles peuvent être les incidences de celle-ci sur les comportements de ses utilisateurs. C’est le point de départ d’une récente étude menée par deux chercheurs américains, les professeur Junghyun Kim et Roselyn Lee, spécialistes en communication. Avec comme question simple : Facebook joue-t-il un rôle sur le bien être des ses utilisateurs ?  Partant du principe que les plates-formes sociales sont sensées "apporter du bonheur" à leurs utilisateurs (selon un article publié en 2000 par DG Myers), les deux chercheurs ont mené une enquête auprès d’un groupe de 400 étudiants volontaires. Deux critères principaux furent évalués : le nombre d’amis et l’auto promotion de soi. Sans grande surprise, l’enquête révèle que la quantité d’amis sur Facebook est un vecteur de bien-être dans l’échantillon sondé. Toutefois les chercheurs soulignent que la quantité n’est pas synonyme de qualité puisque le mode de création des "amis" sur Facebook reste loin de la notion d’amitié exprimée dans la vraie vie.

Des amis en nombre

Avoir un grand nombre d’amis n’est donc pas une garantie absolue d’avoir un support actif de ces derniers. Par ailleurs, l’étude rappelle qu’il existe dans l’esprit des internautes un nombre d’amis idéal communément admis (environ 150 à 200 personnes). Ainsi voir trop d’amis ou trop peu aurait un impact négatif sur la perception des utilisateurs de la plate-forme. Le deuxième axe d'étude des deux chercheurs s'intéresse aux stratégies de présentation de soi et révèle deux tendances. Les stratégies de présentation de soi positives, d’abord, qui sont liées au sentiment subjectif de bien-être, puis les stratégies de présentation de soi honnêtes qui ont également un effet positif sur le sentiment subjectif de bien-être mais par le biais du sentiment de support social que cette stratégie déclenche. L'étude met ici en lumière l'importance de se mettre en scène sur les réseaux sociaux. Soit l’internaute reste dans une communauté fermée, composée de proches avec qui il entretient des liens sociaux forts et donc desquels il pourra espérer un support social important, ce qui conduit à adopter une stratégie de présentation de soi honnête et vraie. 

Un profil avantageux

Soit l’internaute évolue dans un espace public dans lequel il suit de nombreuses connexions sociales, mais qui s'avèrent des liens faibles, dans lequel cas il aura tout intérêt à adopter une stratégie de comportement qui maximisera l'image positive qu’il souhaite communiquer à son réseau. Pour Anthony Besson, Consultant Digital Relations Publiques chez Cohn & Wolfe, cette étude a son sens également pour les entreprises. "L’enseignement que l’on pourrait tirer est qu’une marque qui souhaiterait construire sa propre communauté de supporteurs à tout intérêt à favoriser au maximum les contacts entre ses membres et à mettre en avant visuellement ces contacts au yeux de sa communauté en favorisant plus la relation consommateur /consommateur que marque /consommateur", explique-t-il à L'Atelier. "Par ailleurs, un autre enseignement est que selon la taille de votre communauté et la force des liens sociaux qui la composent, vous n'allez pas inciter les internautes aux même comportements". Selon lui, si la communauté d'une personne compte plusieurs dizaines de milliers de membres qui ne se connaissent que très peu entre eux, il ne faut pas leur proposer de publier une vidéo intime d'eux-même, ou des photos qui minimiseraient leur présentation d'eux-même par rapport au groupe. Mais plutôt les inciter à "jouer des rôles" qui vont les mettre en valeur !

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas