Facebook : La popularité alimente la divulgation d'informations

Par 17 décembre 2008

La quête de popularité pousse les jeunes à révéler une quantité importante d'informations personnelles sur Facebook. Chose qu'ils ne feraient pas nécessairement hors ligne.

Les plates-formes communautaires finissent par changer la nature des relations sociales. "Les individus interagissent différemment dans des environnements en ligne. Ils partagent et dévoilent bien plus d'informations personnelles qu'ils le feraient ordinairement sur d'autres paramètres sociaux." C'est ce que révèle une étude réalisée par des chercheurs de l'Université de Guelph (Canada). Finalité de l'étude : découvrir quels facteurs psychologiques dictent ce comportement. Un des principaux résultats est que le besoin de plaire et la confiance en soi apparaissent comme influant directement sur la gestion des données liées à la vie privée sur les réseaux sociaux.
Prix de la popularité : intimité sacrifiée...
La dissémination d'information est un facteur clef de popularité. Être présent sur Facebook implique la publication régulière de photos, vidéos et messages. Mais cela va plus loin : ce que les autres usagers disent les uns des autres a également son importance. " Les plus populaires sont ceux dont l'identité en ligne comporte de nombreuses contributions extérieures. Plus on dévoile, plus on est sollicité", indique Amy Muise, coauteur de l'enquête. La majorité des sondés déclare être tout à fait consciente de la nécessité de contrôler ses données personnelles. Ils font cependant le choix de révéler de nombreuses facettes de leur vie privée : date d'anniversaire, adresse électronique, lieu d'habitat, photos intimes, etc. Entre confidentialité et popularité, le choix est fait.
... amour-propre rehaussé
La dissimulation d'information est également liée au degré de confiance en soi. Les personnes sûres d'elles-mêmes utilisent davantage les closes de confidentialité. "Elles ressentent moins le besoin que leur page soit visitée". Ces facteurs peuvent être expliqués par la nature même de Facebook. Dans le formulaire d'inscription sont demandés les opinions politiques, religieuses et même le statut de la relation amoureuse. "Ceci crée des normes basées sur les informations révélées par les autres usagers" remarque Emily Christofides, chercheurs à Guelph. Pour information : Facebook est le réseau social le plus populaire au Canada.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas