Les FAI proposent que tout ordinateur qui relaie du spam soit déconnecté

Par 23 juin 2004
Mots-clés : Smart city

Aux grands maux les grands moyens. Face au spam, qui coûte plusieurs milliards aux entreprises du monde entier chaque année, les Fournisseurs d’Accès Internet (FAI) ont décidé de se retrousser...

Aux grands maux les grands moyens. Face au spam, qui coûte plusieurs milliards aux entreprises du monde entier chaque année, les Fournisseurs d’Accès Internet (FAI) ont décidé de se retrousser les manches… et le résultat est pour le moins surprenant. AOL, Yahoo, Microsoft, Earthlink, Comcast et BT Group : voilà les noms des six groupes qui forment l’ASTA (Anti-Spam Etchnical Alliance). Leur mission : réfléchir ensemble à des solutions techniques permettant de combattre les courriers indésirables, dont 80 % seraient expédiés via des PC infectés. Ce groupe de professionnels avait déjà par le passé proposé la mise en place de diverses techniques, à l’instar de celles axées sur l’authentification des messages électroniques comme le SPF (Sender Policy Framework) ou le Caller-ID. Ces deux techniques se fondent sur une exploitation du protocole DNS pour identifier les messages entrants et leur assurer ou non une entrée dans l’application de messagerie électronique.Aujourd’hui, l’ASTA va beaucoup plus loin, en émettant deux nouvelles propositions qui concernent l’ensemble des internautes. L’organisation conseille aux fournisseurs d’accès de mettre hors d’état de nuire les PC qui servent de relais aux spammeurs une fois détournés, et donc de s’orienter vers des procédures axées sur la responsabilité des internautes. Responsables et donc « punis », puisque leur machine infectée sera alors mise hors ligne instantanément. Et ce jusqu’à ce qu’elle soit complètement décontaminée et que ses protections anti-virales soient mises à jour. Une seconde proposition émise par l’ASTA vise à limiter à 100 par heure ou à 500 par jour le nombre de messages électroniques qu’il sera possible d’envoyer chaque jour. Selon l’organisation, cette procédure permettrait de repérer aisément les ordinateurs qui émettent des centaines de milliers de courriers indésirables chaque jour. Reste à voir si ces deux mesures – qui devraient être difficiles à « vendre » aux abonnés car plutôt anti-commerciales - seront appliquées par l’ensemble des FAI… (Atelier groupe BNP Paribas - 23/06/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas