Pour faire avancer le m-banking, banques et fournisseurs doivent collaborer

Par 08 mars 2010
Mots-clés : Smart city

La banque mobile réunit des acteurs très différents ne partageant pas toujours la même vision des choses. Pourtant, un rapprochement est indispensable pour permettre au service de se développer durablement.

Quand on parle des services de banque mobile, il ne faut pas oublier que l'industrie bancaire est cliente de fournisseurs de service, et non l'inverse, rappelle Celent dans une étude*. Le cabinet explique que les deux acteurs de ce marché émergent évoluent dans des industries très différentes et que leurs attentes sont donc dissemblables. La généralisation de solutions de banque mobile impliquera un rapprochement des points de vue. "Les fournisseurs de solutions de m-banking doivent comprendre qu'ils n'opèrent pas dans le vide", expliquent les auteurs. "Les banques ont besoin de gérer l'opération à travers l'ensemble de la chaîne". En conséquence, elles attendent des fournisseurs qu'ils proposent des services complets, et pas simplement faciles d'utilisation.
Un rapprochement est inévitable
La sécurité et la gestion des fraudes, en particulier, font partie des outils à développer. Leur souhait est aussi de voir apparaître des solutions de marketing mobile plus globales qu'aujourd'hui. Par exemple des services de localisation de distributeurs de billets, de promotion, ou encore d'approvisionnement de leur compte. Pour y parvenir, les fournisseurs de service de m-banking vont donc devoir se rapprocher de plus en plus des systèmes terminaux des banques. Pourquoi pas en mettant en place des partenariats avec les fournisseurs d'intergiciels et de systèmes informatiques qui servent déjà ces dernières.
Des points de désaccord perdurent
Si un consensus commence à émerger sur ces points entre les banques et les fournisseurs de services, l'un et l'autre ont des opinions différentes sur la manière de procéder. Pour les premières, les solutions de pair-à-pair doivent être multicanales, tandis que les seconds - et les opérateurs en particulier - considèrent le P2P comme relevant exclusivement de la technologie mobile. L'hésitation des banques à prendre le train du paiement sans contact agace aussi les fournisseurs de services pour qui l'adoption du NFC doit démarrer au plus vite. Le cabinet conclut en rappelant que la relation qui unit les banques et les fournisseurs de banque mobile est de toute façon amenée à durer.
* Are banks from Mars, mobile banking vendors from Venus?

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas