Le fax attire encore les investissements

Par 17 janvier 2006

Le fax est mort, vive le fax ! Contrairement à ce que l'on pourrait penser, le fax est loin d'être un objet obsolète, et le marché qu'il représente attire encore de nombreux investisseurs, à...

Le fax est mort, vive le fax ! Contrairement à ce que l'on pourrait penser, le fax est loin d'être un objet obsolète, et le marché qu'il représente attire encore de nombreux investisseurs, à l'image du français Sagem qui vient de s'associer au chinois Guangdong Photar Digital and Electronics Co.Ltd. dans le but de créer une co-entreprise produisant et commercialisant des fax pour la Chine.

"Les ventes de fax augmentent de 40% par an en Chine, et l'Inde est également un marché en forte croissance", souligne Patrick Sevian, directeur général délégué de Sagem Communications, cité par l'AFP. En Europe ou en Amérique du Nord, les ventes de fax aux entreprises continuent leur progression.

Il se vend encore 20 millions de fax par an dans le monde même si les particuliers délaissent peu à peu ce mode de transmission de documents, dont cinq millions uniquement sur le marché européen. La concurrence de l'ordinateur et du courrier électronique est pondérée par deux facteurs : d'une part, le fax reste l'outil privilégié de ceux que l'informatique rebute ; d'autre part, il est à l'heure actuelle le seul moyen d'envoyer électroniquement des documents signés et reconnus par la justice.

En Europe, le fax est le plus souvent intégré dans des appareils multifonctions, à la fois imprimante, photocopieuse et télécopieur, mais en Chine ou dans d'autres pays émergents, il est encore acheté pour lui-même, notamment parce qu'il représente un investissement bien moins important qu'un ordinateur. "D'ici trois ans, nous produirons un million de télécopieurs par an rien que pour ce marché", précise Patrick Sevian.

(Atelier groupe BNP Paribas - 17/01/2006)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas