Fédérer données de localisation et contextuelles sécurise les côtes

Par 06 octobre 2010
Mots-clés : Smart city, Europe
Géolocalisation

L'université Carlos III propose un logiciel qui fusionne et analyse en temps réel les données en provenance de radars et de systèmes de géolocalisation. Le but : gérer à distance la circulation des navires dans les ports.

Comment assurer une meilleure sécurité des routes maritimes ? En fusionnant données géolocalisées et contextuelles. C'est à cette tâche que s'est attelé le groupe d'Intelligence Artificielle Appliquée (GIAA) du UC3M de l'université de Carlos III de Madrid. Il a mis au point un système qui fédère et analyse les données provenant de différentes sources de capteurs pour les retranscrire sur une même interface. Le but est de fluidifier la circulation, notamment aux heures de pointe lors des sorties et des retours dans les ports commerciaux. Techniquement, le logiciel détecte deux types de capteurs : les radars et les systèmes de localisation AIS – automatic identification system.

Une information complète à l'image de celle des contrôleurs aériens

Ils sont disposés le long des côtes : tous les 50 kilomètres pour les radars et tous les 500 kilomètres pour les AIS. Le premier identifie la trajectoire des bateaux, mesure la distance entre deux navires, ou encore leur vitesse. Le second leur permet de communiquer leur position et d'y ajouter d'autres données pertinentes sur leur emplacement mais également sur leur condition technique. Autant de données complémentaires qui une fois récoltées et fusionnées sur une même interface, permettent d'obtenir une meilleure information quant à ce qui se passe dans l'espace maritime et côtier en temps réel. Les chercheurs souhaitent ainsi obtenir "une localisation aussi complète et exacte que celle dont disposent les contrôleurs aériens ".

Les bateaux ne perdent jamais leur position ni celles des autres

Et d'ajouter, "de sorte à gérer le trafic maritime mais surtout à détecter le plus tôt possible les éventuelles collisions". Le logiciel et ses capteurs sont en mesure de surveiller 2 000 grands ou petits bateaux dans une même zone. Ils peuvent analyser les données provenant de dix capteurs différents à la fois avec une réactualisation à la seconde. "Ainsi les bateaux ne perdent pas leur position ni celles des autres navires présents autours d'eux et connaissent exactement les mouvements de chacun", concluent les scientifiques.  Le premier prototype sera utilisé prochainement au Cap Vert. Le projet a été présenté lors de la conférence internationale sur la fusion de l'information à Edimbourg, en Ecosse.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas