[Femme Digitale]Les femmes encore sous-représentées dans le domaine des TIC

Par 08 mars 2013
Femmes

Le nombre de femmes travaillant dans le secteur technologique est toujours faible dans les pays qui tirent pourtant l’économie. Et serait même en déclin dans certains pays, dont les Etats-Unis.

Le nombre de femmes dans le secteur des Sciences, des Technologies et de l'Innovation reste globalement faible, rapporte une étude* financée par la Elsevier Foundation, et qui date de fin 2012. En particulier dans les secteurs de l’ingénierie, de la physique et de l’informatique. Le rapport, mené au Brésil, en Afrique du Sud, en Inde, en Corée du sud, en Indonésie, aux Etats-Unis et en Europe, s'est en effet intéressée aux opportunités et aux obstacles que les femmes rencontrent dans les domaines dits techniques. Par exemple en Corée du Sud, les femmes représentent actuellement moins de 18% des travailleurs du secteur des TIC. L'UnionEuropéenne et les Etats-Unis sont en tête du classement concernant le nombre de femmes employées dans ces secteurs, suivis du Brésil, de l’Indonésie ou encore de l’Afrique du Sud. L’Inde quant à elle, est en queue de peloton.

L’effort d’accès à la formation n’améliore pas la représentation des femmes

Le Brésil, par exemple, a mis en place un nombre important de politiques et de programmes qui appuient l'éducation des femmes dans tous les secteurs, incluant les sciences de l'ingénieur et de la technologie. Mais malgré les efforts des pays pour ouvrir davantage l’accès aux femmes à ce type de formation, elles restent sévèrement sous-représentées. Au niveau international, on compte moins de 30% de femmes dans les cursus qui préparent à ces diplômes. Le taux tombe même à 15% en Corée du Sud. Il faut aussi noter que les femmes ne sont pas encore bien représentées dans les prises de décision dans les secteurs scientifiques et technologiques. Et même dans les pays où le nombre de femmes qui étudient les technologies a augmenté, cela ne s’est pas traduit par une augmentation des femmes dans la force de travail de ces secteurs. Le nombre de femmes qui y travaillent est en fait en déclin : en 2010, seulement 12% de la main d’œuvre en sciences et ingénierie en Inde étaient des femmes.

Une sous-représentation aussi influencée par d’autres critères

Les différents pays opèrent en ayant à l’esprit que s’ils offrent aux femmes un meilleur accès à l'éducation, ils finiront par gagner la parité avec les hommes dans ces domaines. Or les données montrent que le manque de parité des femmes dans les TIC est lié à de nombreux autres facteurs. Le plus influent reste le statut économique des femmes, mais l’accès aux ressources technologiques, financières ou encore aux soins de santé a aussi leur importance. L’Afrique du Sud est face aux problématiques du taux très élevé du VIH et de l’accès fortement restreint aux technologies (seules 11% des femmes ont accès à internet). L’Inde, avec des taux d’accès à la formation, à la santé et aux ressources technologiques et financières très bas - moins de 15% des femmes possèdent leur propre compte en banque - est recalée à la dernière marche du classement. Finalement, la parité serait plus grande au sein de ces secteurs dans les pays où les politiques soutiennent l’égalité des sexes, ce qui engendre une égalité des salaires.

 

*Etude menée par Dr. Sphia Huyer de Women in Global Science & Technology (WISAT) et Dr. Nancy Hafkin de l’Organization for Women in Science for the Developing World (OWSD).

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas