Femmes et numérique : les Français disent non aux stéréotypes !

Par 19 septembre 2014
femmes et numérique

Bien que le numérique reste un secteur particulièrement masculin, les Français estiment que les femmes pourraient clairement tirer leur épingle du jeu.

86% des Français déclarent que les métiers du numérique offrent des perspectives intéressantes pour les femmes. Ce chiffre, issu du baromètre Syntec Numérique - BVA, semble indiquer une véritable évolution des mentalités des individus concernant la place des femmes dans ce secteur encore composé principalement d’hommes. Car en effet, les dernières études sur le sujet indiquaient que du point de vue mondial, seuls 6 % des dirigeants des plus grandes entreprises technologiques sont des femmes. De même, les créatrices de startups ne représentent pour l’instant que 10% du marché. Mais la vision singulière de la France sur l’entrepreneuriat féminin ne semblent pas nouvelle : elle est également bien visible dans la place que celles-ci prennent dans le numérique où elles représentent 25% à 30% des salariés du secteur.

Des qualités et compétences plus qu’adaptées

Plus précisément, l’étude dévoile que 72% des Français pensent que les salariées du secteur du numérique seraient particulièrement compétentes et rigoureuses dans le domaine. Elles sont également qualifiées de polyvalentes (39%), avant-gardistes (27%) et entrepreneures dans l’âme (13%). Plus intéressant encore, 56% des personnes interrogées estiment que le femmes dans le numérique représentent un véritable atout du point de vue de la créativité et surtout une preuve d’ouverture pour la France. Toutefois, le rapport du syndicat professionnel souhaite pointer du doigt la nécessité d’aller plus loin dans cette égalité homme-femme. Pour cela, “les professionnels du numérique ont évidemment un rôle-clé à jouer pour contribuer à cette dynamique positive” insiste Bruno Vanryb, président du collège Editeurs, Syntec Numérique. Mais surtout, les Français réclament un travail fait en amont dans les écoles et universités.

Une éducation nécessaire pour encourager

Ainsi, 90 % des personnes interrogées précisent l’importance des acteurs de l’orientation scolaire afin d’offrir une meilleure connaissance concernant ces nouvelles carrières dans le numérique. Pour ceux-ci, cela encouragerait particulièrement les femmes à poursuivre cette voie, avant même de faire émerger les profils atypiques. Bruno Vanryb confirme : “reste pour transformer l’essai, à faire auprès d’elles un vrai travail d’information et de pédagogie sur nos métiers et leurs perspectives d’évolution”. Mais pour cela, l’étude souhaite souligner à quel point il est important pour tous les acteurs de l’orientation scolaire d’être impliqués dans cette forme d’éducation. Aussi bien les conseillers d’orientation (évidemment), que les chefs d’établissements ou même les inspecteurs de l’Education Nationale...

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas