Les femtocellules ne sont pas pour demain en Europe

Par 06 décembre 2007
Mots-clés : Digital Working, Europe

L'arrivée de ces stations de réseau mobile personnelles est assujettie à la redéfinition d'un cadre réglementaire en Europe. Les législations en vigueur maintiennent le flou quant à leur mode de distribution.

Certains analystes s'avancent sur un prochain essor du marché des femtocellules – dispositifs sans fil assurant un relais de réseau mobile via le web à l'intérieur des bâtiments. D'autres émettent des réserves quant à la possibilité de déployer ces appareils à grande échelle, notamment en Europe. Le cabinet d'analyse Frost & Sullivan, est de ceux-là. En s'intéressant au potentiel de ce marché sur le Vieux Continent, il a constaté que des contraintes réglementaires pourraient freiner l'adoption massive des femtocellules en Europe.
Problématiques réglementaires
Pour le cabinet d'analyse, les législations en vigueur en matière de télécommunications maintiennent le flou quant au mode de distribution de ces produits. Les textes ne prévoient en effet pas qui des utilisateurs ou des opérateurs seront à même d'installer ces systèmes qui, rappelons le, fonctionnent sur une bande de fréquence nécessitant l'obtention d'une licence auprès du régulateur. Les consommateurs pourront-ils donc se procurer des femtocellules directement chez leur revendeur d'électronique ?
Compétitivité défensive
La question reste en suspens et pèse sur une éventuelle commercialisation de ces technologies. "De nombreux groupes actuellement en phase d'essai de la technologie femtocell l'utilise comme un argument stratégique de défense contre leur concurrents directs. Ceux-ci développeraient des femtocellules dans d'importants volumes si, le cas échéant, ils constataient une augmentation des ventes de ses appareils chez leurs concurrents", indique Luke Thomas, Programme Manager chez Frost & Sullivan Mobile & Wireless group.

L’Atelier groupe BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas