Fête de la Toussaint oblige, une entreprise monégasque vient de lancer

Par 02 novembre 1998

le premier cimetière virtuel. Concessionnaire exclusif des Pompes funèbres monégasques, la Somotha vient de lancer sur son site Internet (http://www.somotha.mc) un “espace du souvenir”. L’héberge...

le premier cimetière virtuel.
Concessionnaire exclusif des Pompes funèbres monégasques, la Somotha vient
de lancer sur son site Internet (http://www.somotha.mc) un “espace du
souvenir”.
L’hébergement du site revient à 500 F par an auquel il faut ajouter 100 F
par photo et 500 F pour la saisie du texte. Les familles éprouvées peuvent
ainsi réserver un espace sur Internet et y disposer photos souvenirs,
textes, musique ou vidéo concernant la personne disparue.
On peut aussi faire son shopping funéraire sur le site (urnes, fleurs
artificielles ou services).
Les vivants peuvent également stocker sur le site les évènements et les
images de leur vie qu’ils souhaitent voir apparaître après leur décès sur
“l’espace du souvenir”. Des familles monégasques ont déjà adhéré à ce
premier site multifonctionnel de la mort.
Les Pompes funèbres générales en France suivent avec intérêt, mais sans
empressement l’expérience, comme l’explique Maxime Dubois-Violette,
président de la Somotha “c’est plus difficile à mettre en place en
France, car les différentes régions, des milieux urbains et ruraux ont
tous des traditions et des approches différentes de la mort. Monaco à une
culture cosmopolite qui rend plus facile la compréhension de ce nouveau
service”.
(Le Parisien 31/10 1er/11 Le Monde 1er-2/11/1998)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas