La fiabilité des serveurs à la loupe

Par 11 septembre 2009

Face aux interruptions de service, toutes les infrastructures informatiques ne sont pas à égalité. Le choix du matériel a son importance, tout comme le niveau de qualification des administrateurs.

Tous les serveurs ne se valent pas quand il s’agit de résister aux plantages. C’est ce que révèle un sondage réalisé par ITIC* auprès de plus de 400 directeurs informatiques d’entreprises diverses dans une vingtaine de pays. Interrogés sur la fiabilité de leurs serveurs et de leurs systèmes opérationnels, les dirigeants interrogés fournissent une information quantitative qu’il est difficile d’obtenir auprès des fabricants de serveurs. L’étude s’est non seulement intéressée au nombre d’interruptions de service répertoriées sur les plates-formes, mais aussi à la nature des évènements qui les ont causées et au temps nécessaire à la remise en route du service. Enfin, l’expérience des administrateurs système en charge a également été mesurée.
Les différents type de plantages
Globalement et sans grande surprise, les sites équipés des plates-formes les plus sophistiquées et dont les administrateurs sont les plus aguerris sont ceux qui ont subi le moins d’interruptions. ITIC a classé les plantages selon trois catégories, et ce sans se préoccuper de savoir si le problème était logiciel ou matériel. La première concerne les interruptions sans gravité et rapidement réparées. Par exemple lorsque quelqu’un éteint accidentellement un serveur. La deuxième catégorie rassemble tous les incidents qui nécessitent entre 30 minutes et 4 heures pour être résolus. Ils peuvent être provoqués par une application qui plante ou une mise à jour qui aurait mal tourné. Bien souvent il faut au moins deux administrateurs pour identifierle problème et y remédier, et parfois, une intervention sur site.
L’importance de la qualification des administrateurs
La troisième catégorie est d’interruption de service la plus handicapante. Elle peut impliquer plusieurs serveurs et entraîner des pertes de données. La résolution de ces incidents nécessite généralement plus de 4 heures de travail. Parmi les serveurs étudiés par l’étude, la gamme IBM Power Systems sous Unix AIX est celle qui connaît le moins d’interruptions. Le niveau de compétence des administrateurs s’avère également déterminant pour diminuer le temps nécessaire à la réparation d’un plantage. L’étude conclut donc en incitant les entreprises à ne pas faire de fausses économies sur la formation et la qualification de leurs administrateurs système.
*Information Technology Intelligence Corp

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas