Fibre optique : l'Arcep refuse un monopole potentiel

Par 25 novembre 2005
Mots-clés : Digital Working, Europe

Lors des journées de l'Idate (Institut de l'audiovisuel et des télécommunications en Europe), Paul Champsaur, président de l'Arcep (l'Autorité de Régulation des Communications Electroniques et...

Lors des journées de l'Idate (Institut de l'audiovisuel et des télécommunications en Europe), Paul Champsaur, président de l'Arcep (l'Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes) s'est prononcé contre le monopole d'un opérateur sur le marché de la fibre optique. "France Télécom a engagé il y a un an un plan de grande ampleur visant à équiper les principales zones d'activité en fibre optique. Nous nous félicitons de ce programme d'investissement", a-t-il déclaré.

"Un scénario de développement de fibre dont les modalités conduiraient, de droit ou de fait, à une re-monopolisation du marché du haut débit professionnel ne serait pas conforme aux objectifs fondamentaux de la régulation", a-t-il poursuivi.

L'opérateur historique a expliqué dans une interview donnée par son directeur exécutif, Jacques Champeaux, aux Echos , mercredi qu'il n'investirait pas dans un réseau à fibre optique s'il doit ensuite l'ouvrir à ses concurrents à un prix bas. Cette déclaration est intervenue au moment où Deutsche Telekom a annoncé qu'il donnerait accès à ses concurrents au réseau à fibre optique dans lequel il investit 3 milliards d'euros.

L'Arcep, qui est chargée de surveiller que la concurrence dans le secteur des télécommunications soit juste et efficace, interdit qu'il y ait un monopole sur un réseau à fibre optique même s'il est construit par un unique opérateur.

(Atelier groupe BNP Paribas - 25/11/05)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas