Le sans-fil fait front pour dessiner une carte temps réel de la pollution

Par 09 mars 2009 1 commentaire
Mots-clés : Digital Working, Europe

Afin de mesurer l'exposition des personnes aux polluants et comment ces derniers se dispersent, des chercheurs développent un réseau mobile de capteurs qui enverra ses données vers une plate-forme de traitement, le tout en temps réel.

Mesurer l'effet des gaz polluants avec des dispositifs mobiles devient la norme. Les chercheurs d'un groupe de cinq universités du Royaume Uni (dont Imperial College London, University of Newcastle, Cambridge  University, University of Leeds et University of Southampton) ont décidé d'équiper en capteurs - en plus des rues - des personnes et des voitures qui enverront leurs données via différents réseaux. Tous ces participants humains et électroniques créeront une carte dynamique et en temps réel de la dispersion et des niveaux des gaz polluants. Un nouveau moyen de gérer et de contrôler l'impact environnemental des transports. Trois réseaux sont développés. L'un se base sur la technologie Zigbee.
Trois modes de diffusion...
Cette dernière est un système qui permet d'envoyer des données sur une courte distance à des fréquences radio. Son avantage est de consommer peu d'électricité, d'avoir une durée de vie importante et d'être sécurisée. Un autre utilise des "sensor boxes", un boîtier séparé qui utilise les réseaux portables (3G, EDGE, GPRS... selon la disponibilité) pour envoyer ses données. La dernière est d'après Robin North, Docteur et chercheur à l'Imperial College de Londres encore en partie à l'état de recherche mais doit se baser sur les réseaux Wi-Fi et Wimax. Une solution qui offre une meilleure qualité de données, d'ajouter un positionnement précis grâce à un système GPS des acteurs.
... pour une plateforme unique
Elle ouvre des portes dans le développement et l'utilisation de nouveaux capteurs plus précis et plus variés. Afin de traiter et concentrer ces données, Robin North explique à L'Atelier "qu'un centre unique est en développement et que ce dernier est pensé comme un projet informatique". Un datacenter capable de traiter les informations de milliers de capteurs et de faire des projections visuelles dynamiques. Il ajoute également que "le système est flexible. Il peut donc servir pour l'information sur le trafic, des recherches sur la santé... son potentiel est énorme". Le projet débuté il y a trois ans doit se finir au mois d'octobre.

Haut de page

1 Commentaire

Signalons dans la même veine une expérimentation grandeur réelle qui sera rendue publique à l'occasion de la manifestation Futur en Seine, à la fin mai. Le projet fait d'un objet familier la montre un dispositif participatif d'observation de l'environnement et de création d'une carte dynamique. Sous l'initiative de la FING, SFR, Xilabs, le CITU, Faber Novel, Altran...Précisons que Maurice Benayoun est un artiste numérique, dont le travail, les écrits et les oeuvres sont décrites sur son site : http://www.benayoun.com/works.php?id=01000
Cordialement,
La rédaction

Soumis par Maurice Benayoun (non vérifié) - le 10 mars 2009 à 08h25

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas