Les films du futur auront des scénarii évoluant selon la vie des spectateurs

Par 20 novembre 2008
Mots-clés : Smart city

Créé par le MIT, le Center for Future Storytelling veut adapter les nouvelles technologies à l'univers du cinéma en élaborant des contenus audiovisuels personnalisés avec lesquels le spectateur pourra interagir.

On connaissait déjà les livres dont vous êtes le héros. Le MIT veut en faire de même avec les films. Son laboratoire des médias vient en effet d'annoncer la création en partenariat avec les studios de cinéma Plymouth Rock d'un "Center for future Storytelling". L'organisme aura la charge de réfléchir à une meilleure intégration des technologies de l'information et de la communication dans la façon de concevoir des films, que ces derniers soient projetés en salle ou édités sur des sites de partage en P2P. Le but étant de réaliser des films à succès personnalisables, avec lesquels le spectateur pourra interagir en fonction de scénarii dont les variations seront prévues. Le versant technique du projet implique l'invention de toute une gamme d'équipements d'un genre nouveau, notamment des caméras et des lecteurs vidéos "versatiles".
Lecteurs vidéos versatiles
Il faudra développer des systèmes de capture de mouvement capables de fusionner les utilisateurs avec des personnages digitaux types ou des applications télévisuelles et cinématographiques fonctionnant à partir d'hologrammes. Autre axe de recherche : l'élaboration de systèmes capables de comprendre les émotions du spectateur ou encore de caméras susceptibles de saisir ses intentions. Le Center for Future Story Telling planchera par ailleurs sur un aménagement des méthodes d'écriture d'histoires afin de rendre leur conception participative, par exemple à l'aide de plates-formes collaboratives spécialisées.  Il faudra enfin inventer un modèle économique de production et de diffusion de ces films interactifs dont le contenu sera partiellement généré par l'utilisateur.
Scénarii collaboratifs
"Le fait de raconter des histoires est l'une des caractéristiques fondamentales de l'être humain", explique Frank Moss, le directeur du MIT Media Lab. "Mais la façon de raconter ces histoires dépend quant à elle d'un autre facteur spécifiquement humain : notre capacité sans cesse renouvelée d'inventer de nouveaux moyens de communications". L'idée à la base du projet est que de l'invention de l'imprimerie à celle d'Internet, la technologie a modifié en profondeur nos récits, aussi bien du point de vue du fond que de la forme. "Le prochain objectif va consister à abolir la frontière entre virtuel et réel afin que le public puisse participer activement à ce qui se passe sous ses yeux". Le Center for Future Storytelling bénéficiera d'une enveloppe de vingt cinq millions de dollars sur sept ans.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas