La Financière Norbert Dentressangle mise sur l'e-commerce et le mobile

Par 24 août 2011 2 commentaires
Mots-clés : Smart city, Europe
La FnDInvest s'intéresse à des secteurs qu'elle considère comme parmi les plus p

La FnDInvest s'intéresse à des secteurs qu'elle considère comme parmi les plus porteurs, même s'ils ne correspondent pas aux activités premières de la holding qui l'a fondée.

Créée fin 2010, et membre du holding patrimonial Norbert Dentressangle, la Financière Norbert Dentressangle s’est signalée début 2011 par sa participation  au financement de Limonétik, entreprise d’e-commerce, et initiatrice de nouveaux moyens de paiement en ligne. Pourquoi en parler ? Parce qu'à première vue les choix d'investissement ne correspondent pas aux activités premières de la holding : ne recourrant qu’à ses fonds propres (15 millions d’euros), FndInvest concentre son activité sur les entreprises du e-commerce, des services en ligne B2B/B2C, ainsi que sur la téléphonie mobile et le gaming. 

Cibler les entreprises des NTIC, sans en devenir le principal actionnaire... 

Selon Pierre Henri Dentressangle, directeur du fonds, et interrogé par L'Atelier, ce financement s’inscrit dans une logique d’investissement en capital-risque menée par la société, et née d’une volonté de diversification des activités et des risques. "Le web est à l’origine des modèles d’aujourd’hui et de demain. En ce sens, il était indispensable de s’impliquer dans ce secteur", explique le dirigeant. Et d'ajouter : "Notre entreprise, par le biais d’investissements pouvant varier de 300 000 à 1,5 millions d’euros, a vocation à acquérir un certain pouvoir décisionnel au sein du CE de ces entreprises, tout en y restant actionnaire minoritaire (10 à 30% des parts)".  

... en suivant des critères d’investissement bien définis

Toutefois, il précise que "seules les entreprises au projet déjà viable (ayant obtenu la "proof of concept") pourront faire appel à la financière Norbert Dentressangle". Pour lui, le but est de les accompagner dans leur développement plus que d’effectuer un amorçage pur. Avec un objectif de 2 à 3 prises de participations par an, l’entreprise a donc vocation à porter les start-ups innovantes dans leurs projets, leur permettant ainsi de développer efficacement leur activité.

 

Haut de page

2 Commentaires

effectivement le e-commerce est un marché très porteur, les achats ayant progressé de 20% en un an !

Soumis par Agence Tijara (non vérifié) - le 26 août 2011 à 03h04

Il est certain qu'à force d'exploiter leurs chauffeurs routiers, ils trouvent de l'argent pour jouer aux financiers

Soumis par MichelChel15 (non vérifié) - le 12 décembre 2012 à 15h59

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas