Quand la finesse des prédictions météo tient aussi au GPS

Par 18 juin 2012
Mots-clés : Smart city, Asie-Pacifique
weather and satellite

Les solutions de localisation atteignant des zones reculées de l'hémisphère, elles permettraient aux météorologues d'être plus précis dans leurs prévisions et d'effectuer un meilleur découpage des différents environnements.

Les GPS pourraient désormais aider les météorologues à déterminer plus rapidement et plus précisément les événements météorologiques. En effet, ceux-ci, de par leur précision, permettraient d'identifier les variations de température dans des zones très proches où la température change en fonction de différences environnementales (altitude, marée...) et qui sont généralement regroupées, à tort, lors de bulletins météorologiques. Et pour une équipe de chercheurs du bureau de météorologie et du centre de recherches satellites de l'Institut royal de technologies de Melbourne, ce sont les appareils installés dans les véhicules qu'il faut utiliser pour étudier cela. Car selon le Pr Kefei Zhang, responsable du centre de recherches, "ces appareils sont, en plus d'être très peu onéreux, particulièrement précis en ce qui concerne les mesures de l'environnement terrestre".

Des données difficilement accessibles autrement

Le procédé qu'ils ont développé relie à l'aide d'un faisceau des satellites rattachés aux GPS de véhicules et des satellites placés en orbite terrestre basse afin qu'ils scannent ensemble plutôt qu'individuellement la terre et se partagent les données environnementales. La collaboration entre les deux permet à partir d'algorithmes d'examiner simultanément les mille millions de données atmosphériques envoyées en temps réel par les différents satellites au centimètre près. Selon l'un des chercheurs, le Pr Kefei Zhang "le GPS s'avère être un outil puissant qui permet de combler les vides géographiques". Car en effet certaines zones particulièrement reculées ne peuvent toujours pas être considérées précisément par les météorologues du fait de conditions climatiques extrêmes et du manque d'individus y résidant. On pense notamment aux zones océaniques et polaires. Or les GPS actuels utilisés par les véhicules sont assez puissants et précis pour considérer précisément ces zones où il n'est pourtant pas possible d'utiliser des moyens de transportation.

Prédire les événements climatiques dramatiques

"Et c'est particulièrement vrai pour l'Australie où les individus se concentrent sur les côtes, mais où les prévisionnistes ne peuvent s'appuyer que sur des mesures très limitées à partir du milieu du continent et les océans alentours", poursuit-il. Et atteindre de telles zones pourrait être plus que bénéfiques du point de vue de la prévision pour les météorologues. En effet, le but sur le long terme serait de contrôler les changements climatiques dans les zones difficiles pour pouvoir prévenir les grandes catastrophes du type tornades ou inondations et la gestion des évacuations. Et les résultats sont assez encourageants. A la tête de l'équipe de chercheurs, le Pr Le Marchall explique que « depuis le lancement du programme, le bureau de météorologie est capable de fournir des prévisions exactes et précises dix heures à l'avance par rapport à celles proposées sans l'usage du GPS ».

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas