Quand l’intelligence artificielle n’épargne pas le flambeur

Par 17 octobre 2016
Mots-clés : Fintech, Entreprenariat, IA, EMEA
Plum

Après les secteurs du retail et de la santé, les chatbots se lancent à la conquête du domaine bancaire. L’intelligence artificielle fera-t-elle de nous de meilleurs épargnants ?

Les chatbots sont plus que jamais d’actualité. Comme nous l’évoquions déjà dans plusieurs articles, ils ont gagné de nombreux secteurs : de la grande distribution au domaine de la santé, en passant par les fonctions de ressources humaines en entreprise.

Les acteurs bancaires suivent de très près la déferlante des chatbots, et nombreuses sont les start-ups à se lancer sur ce marché prometteur. Ainsi, nous vous parlions il y a quelques jours d’Azimo, un outil facilitant le transfert d’argent via Facebook Messenger ou de Clinc, une app qui propose l’épargne automatique, et selon les habitudes de dépenses de chacun.

Les chatbots créés par les FinTechs semblent désormais en mesure d’effectuer des tâches de plus en plus complexes, allant jusqu’à devenir de véritables compagnons actifs dans la gestion des comptes bancaires de leurs usagers.

C’est par exemple le cas du bot créé par la start-up britannique Plum, qui vient de lever 500 000 livres avant le lancement de son nouveau service destiné à aider ses utilisateurs à épargner davantage.

L’intelligence artificielle élaborée par Plum se connecte directement au compte en banque de l’usager pour mieux analyser les dépenses quotidiennes de ce dernier, évaluer chaque jour automatiquement le montant qu’il peut économiser en le plaçant sur son compte épargne. Après avoir souscrit au service de la start-up, l’utilisateur peut échanger quand il le souhaite avec le chatbot de Plum sur Facebook Messenger, par exemple, afin d’augmenter la somme d’argent qu’il veut mettre de côté, ou bien s’il souhaite faire un transfert.

A moins d’un mois du lancement annoncé du nouveau chatbot de Plum, quelques points doivent encore être éclaircis. Ainsi, la start-up n’a pas officiellement explicité la façon dont son intelligence artificielle pouvait accéder aux données des comptes de ses utilisateurs, et il est encore trop tôt pour savoir si cette solution pourrait être mise en pratique en France dans le respect de la réglementation.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas