"Flinc, le taxi, y va partout"

Par 26 mars 2010 1 commentaire
Mots-clés : Europe

Quand on n’a pas le permis, comme tant de gens, moi y compris, et qu’on souhaite ne pas prendre de taxi, ou s’éviter le stress d’un trajet en transports en commun, quelles alternatives ?

On connaît déjà les sites de covoiturage… mais c’est souvent longuet.

Il faut d’abord repérer qui suit le même itinéraire le même jour, puis contacter la personne. Les trois quarts du temps, quand (et si) vous réussissez à avoir la personne au téléphone, elle vous apprendra qu’il ne reste plus de place dans la voiture.

Sinon il y a l’autostop. Mais il ne faut pas avoir un train à prendre.

Bientôt, on devrait avoir une autre alternative : Flinc.
Une application Android à mi-chemin entre le covoiturage et l’autostop.
Sauf que vous lèverez le pouce virtuellement.

Ce qui ferait de vous une Isabelle Huppert en puissance (Les Valseuses) et de n’importe quel conducteur de voiture un Robert de Niro en visite chez Scorsese (Taxi Driver). Bon, en moins torturé.

Le concept de Flinc est simple.
Ce service allemand part du principe que pour chaque voiture qui circule, rares sont celles pleinement occupées.
Pourquoi alors ne pas combler cette place, et en étant payé ? Sans dévier de son trajet initial ? C’est ce que Flinc propose.
Conducteurs comme passagers potentiels se connectent sur l’application.

Le conducteur signale s’il a une place libre ; le passager, lui, peut identifier où et s’il y a des places vacantes dans un véhicule à proximité.

Le second envoie alors une demande au premier. Si celui-ci accepte, Flinc déclenche un logiciel de navigation automatique pour le diriger vers le passager. Si le conducteur décline, une requête est envoyée au suivant.

En échange du service rendu, les conducteurs reçoivent une contribution financière des passagers, contribution qui reste inférieure au prix d’un taxi.

Economique et écolo !

Attention, l’application n’a pas encore été lancée. Mais il se pourrait que Flinc s’introduise dans nos futurs smartphones, l’entreprise étant en pourparlers avec des constructeurs.

Je ne sais pas ce que vous en pensez mais autant je crois au succès de ce genre de modules dans les pays nordiques où le covoiturage est déjà une pratique très répandue. Autant pour la France, je reste sceptique.

Haut de page

1 Commentaire

[...] “Flinc, le taxi, y va partout” | Les parenthèses de L'Atelier parentheses.atelier.fr/social/article/flinc-le-taxi-y-va-partout – view page – cached Quand on n’a pas le permis, comme tant de gens, moi y compris, et qu’on souhaite ne pas prendre de taxi, ou s’éviter le stress d’un trajet en Filter tweets [...]

Soumis par Twitter Trackbacks for “Flinc, le taxi, y va partout” | Les (non vérifié) - le 26 mars 2010 à 21h47

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas