[FLOW’13] "A la différence d’un tweet, une épingle sur Pinterest est pérenne"

Par 27 septembre 2013 1 commentaire
pinterest

Si les utilisateurs s’emparent de Pinterest pour y trouver et partager inspiration, les marques de luxe, elles, en ont bien saisi le potentiel et s’y investissent

Interview croisée de Stéphanie Tramicheck, directrice générale de Pinterest France, et Olivier Billon, cofondateur d’Ykone et organisateur du FLOW, une conférence Social Media européenne dédiée aux marques de mode, de beauté et de luxe.

Réseaux sociaux et luxe, Olivier Billon, qu’est ce qui marche aujourd’hui?

Olivier Billon: Pour les marques de luxe sur Internet, hier, demain, aujourd’hui, il y a trois choses qui marchent, ont marché et marcheront: leur histoire, les liens d’affect et la re-mise en scène de la marque.

Avoir une histoire, savoir la raconter, donner envie aux gens d’être émerveillés par cette histoire fonctionne toujours. Le web, plus qu’aucun autre média, s’y prête: par la vidéo, Wikipedia. Le web est un vrai espace d’histoires.
Il est aussi un espace sur lequel marques et communauté peuvent entretenir des relations affectives, ou du moins, d’admiration. Aujourd’hui, il n’y a que sur Internet que vous pouvez être «fan» d’une marque, et d’un clic, la suivre. Si vous passez devant une vitrine Burberry et que vous l’appréciez, vous ne pouvez pas encore appuyer sur la vitrine et vous abonner à leur actualité.
Enfin, quand la marque se réinvente et se remet en question, ça marche. Par exemple, Jimmy Choo a créé une plateforme qui s’appelle Jimmy Choo 24/7 sur lequel tout un chacun peut poster des photos de soi en train de porter des Jimmy Choo. Par là, on nourrit donc le mythe de la marque, mais on se l’approprie aussi.

Les innovations technologiques, telles que la vidéo, la géolocalisation, le partage d’images marchent mais elles ne font que renforcer ces trois principes.

Le luxe tend au rituel. Par exemple, Hermès: les carrés que le vendeur va faire voler sur le comptoir font partie de l’expérience d’achat. Comment les réseaux sociaux, en l’occurrence Pinterest, s’adaptent à l’univers du luxe?

Stéphanie Tramicheck: L’avantage de Pinterest, par rapport à ses consoeurs est sur la durée. Une épingle sur Pinterest a une durée pérenne quand un tweet a quelques minutes de vie, un post sur Facebook, quelques heures. C’est une des raisons pour laquelle les marques de luxe et de mode s’investissent largement dans Pinterest. Elles y projettent leur ADN et ces rituels dont vous parliez, en images. Le luxe repose davantage sur le visuel que sur le texte.

A quoi Pinterest est plus propice: mise en scène, vente...? Que mettent les marques plus en avant sur votre plateforme?

La marque doit, d’abord, accepter une première chose: ne pas maîtriser elle-même sa présence sur Pinterest. Elle doit, en revanche, en fournir les outils afin que tout utilisateur se fasse ambassadeur de la marque. Elle doit nourrir l’utilisateur par du contenu inspirationnel. Et ce, pas nécessairement sur le produit même. C’est aussi l’occasion de mettre en avant un savoir-faire. La vraie viralité de Pinterest est là dedans: donner du contenu pour que les utilisateurs le partagent sur leur propre compte et se l’échangent entre eux. Le «fan», lui, peut partager, mettre en scène son amour de la marque. La marque accompagne ce phénomène en créant ses propres tableaux. Elle initie.

Olivier Billon: Ce qui me semble particulièrement intéressant sur Pinterest, c’est l’inspiration. Si les gens collectionnent des images, cherchent de l’inspiration, c’est parce qu’ils ont envie d’acheter des choses. Quand le web social est arrivé il y a quelques années, on n’en a pas forcément vu l’aspect pratique. On a vu le potentiel de communication, mais pas celui de découverte de produits. Si un utilisateur va sur Pinterest à la recherche de belles chaises design blanches pour son intérieur, il constatera qu’il y a déjà des millions de gens qui ont créé des collections de chaises blanches. La communauté créé du contenu ensemble et l’utilisateur gagne du temps.

Olivier, vous parliez plus haut innovations. Parmi ces innovations, qu’est ce qui marche, va marcher le plus dans les années à venir? La vidéo?

A FLOW, on a eu une intervention assez remarquable, celle de Raman Kia, qui dirige le marketing chez Condé Nast aux Etats-Unis. Je lui ai posé cette même question. Il a répondu qu’on n’en avait aucune idée. Aujourd’hui Pinterest, hier Instagram. On peut cependant prédire ce qui ne changera pas: l’envie des gens d’être émerveillés par des histoires belles et bien racontées. Ce qu’on peut espérer, c’est que demain, les nouvelles technologies, les nouveaux usages vont aider les marques à encore plus émerveiller et aider les gens à avoir plus accès à cette magie. Grâce à Internet, tout le monde peut voir aujourd’hui ces films, ces histoires, ce qui n’était pas évident, il y a dix ans. On peut souhaiter que dans 5 ans, le web continuant à se démocratiser, et la 4G arrivant, ce contenu soit encore plus accessible, partout, plus rapidement.

Haut de page

1 Commentaire

je souhaite participer au jeu de Fifi Chachnil jeu concours Fifi je souhaite créer mon propre pink boudoir il y a une belle parure saint James ainsi que trois produits de la gamme Fifi Chachnil a gagner et je voudrais des renseignements pour pouvoir y concourir.
merci d'avance

Soumis par mermillod veronique (non vérifié) - le 01 octobre 2013 à 14h59

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas