Le forfait « week-end » SFR se revend à prix d’or dans les journaux

Par 21 avril 2000
Mots-clés : Digital Working, Europe

gratuits Cela a été à l’origine d’un très gros succès commercial. Du 1er décembre 1999 au 16 janvier 2000, SFR avait proposé des forfaits « week-end ». L’offre était très alléchante : communication...

gratuits
Cela a été à l’origine d’un très gros succès commercial. Du 1er décembre
1999 au 16 janvier 2000, SFR avait proposé des forfaits « week-end ».
L’offre était très alléchante : communication gratuite et illimitée tous
les samedis et dimanches, ainsi que chaque soir de la semaine entre 20
heures et 8 heures du matin. Ce forfait ne coûtait que 250 francs par
mois, pour deux heures de téléphones payantes. Cela avait de quoi séduire
plus d’un bavard. Les adolescents ont été de gros clients. Pour la modique
somme de 250 francs par mois, plusieurs d’entre eux se sont vantés de
pouvoir téléphoner plus de 30 heures par mois… Quelle Liberté ! Dans
l’article (page 23) de Libération de ce matin, la porte-parole de SFR
cherche à minimiser les avantages de cette formule. Elle rappelle qu’avec
ce forfait, « On ne peut téléphoner gratuitement qu’en France
métropolitaine et vers un autre mobile SFR seulement ». Certes, mais la
porte-parole de la compagnie ne lie pas que malgré son succès commercial,
le forfait « week-end » coûte très cher à la compagnie. De fait, si les
heureux bénéficiaires utilisent aussi leur téléphone durant les repas, SFR
s’empresse de leur proposer une autre formule. Plusieurs annonces dans
les journaux gratuits proposent de revendre les forfaits « week-end » pour
des sommes allants entre 5.000 et 30.000 francs. Au lycée et chez certains
vendeurs, des rumeurs circulent comme quoi l’opérateur SFR chercherait
lui-même à racheter les forfaits à ces clients. Ce que SFR dément
formellement.
(Jean de Chambure - Atelier BNP-Paribas 21/04/2000)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas