La formation en ligne s'adapte au niveau et aux appareils de l'utilisateur

Par 23 février 2010
Mots-clés : Smart city, Europe

Flexo travaille sur une plate-forme qui mesure le niveau et les progrès des élèves et propose exercices et outils en fonction. Le système mettra aussi à disposition du contenu ajusté au support utilisé par l'apprenant.

Personnaliser les exercices et les outils utilisés par les systèmes de formation en ligne en fonction des besoins de chaque apprenant. C’est ce que vise le projet Flexo, coordonné par Atos Origin et auquel participent différentes universités espagnoles*. Comme son nom l’indique, l’objectif est de rendre les scénarios d’apprentissage plus flexibles. "Les solutions proposées évoluent en fait avec l’expérience de l’apprenant", explique Abelardo Pardo, responsable du projet au sein de l’université Carlos III. Pour ce faire, le système mesure le comportement de ses élèves et les évalue selon différents paramètres. Il va ensuite s’adapter en ajustant les outils et les ressources disponibles, le niveau et le type d’activités, d’interaction, etc.
Adapter les activités proposées au niveau de l’élève
Par exemple, l’activité qui sera proposée à un élève dépendra de l’évaluation qu’il aura obtenue lors de l’activité précédente. "La localisation sera aussi utilisée", explique à L’Atelier Abelardo Pardo. "Le matériel pédagogique pourrait être spécifique au pays de l’apprenant". La plate-forme choisira un support texte, vidéo ou autre en fonction de ce qui lui semble le plus approprié, notamment en fonction du support utilisé par l’élève (mobile, ordinateur...). Le projet vise aussi à intégrer les contenus issus de divers systèmes d’e-learning. Les chercheurs expliquent que de nombreuses institutions proposent leur propres cours, créant une fragmentation des contenus.
Un point d’entrée unique pour différentes plates-formes d’apprentissage
"L’objectif de Flexo est de créer un point d’entrée unique pour éventuellement fédérer tous ces systèmes d’apprentissage", explique un chercheur. Pour cela, il s’appuiera sur un système d’exploitation virtuel, en fait une page web reproduisant l’environnement informatique d’un ordinateur. "Celle-ci sera connectée à une série de systèmes d’apprentissage ayant donné leur accord". Le dispositif est actuellement en phase de test. Un premier prototype sera rendu disponible d’ici un an et demi. Pour mémoire, le projet européen ELeGI (European Learning Grid Infrastructure) proposait un apprentissage à distance personnalisé en utilisant le grid.
* Les universités Carlos III de Madrid, Complutense de Madrid, Santiago de Compostela, La Rioja et Cádiz sont impliquées dans le projet

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas