La formation par web ou mobile en train de s'imposer

Par 06 juin 2012
e-learning

L'e-éducation devrait largement s'installer dans les habitudes d'ici cinq ans. Les modules à destination des adultes devraient compter parmi les plus à même de porter cette croissance.

Un rapport de GSMA et McKinsey dévoilait il y a deux mois que pas moins de 5,5% du budget global de l'éducation est dépensé en nouvelles technologies. Un constat partagé par MarketsandMarkets, qui estime en effet que les cinq prochaines années seront décisives en ce qui concerne le marché du e-learning et de la e-éducation. Son revenu devrait passer de 73,8 milliards de dollars actuellement à plus 220 milliards de dollars d'ici 2017. Soit une croissance du taux actuariel (ensemble des flux d'investissement) qui devrait s'élever à 20,3% sur la période, et sera majoritairement portée par le secteur de la formation des adultes, et en particulier des salariés.

Le software plutôt que le hardware

Et de manière plus précise, le rapport s'arrête sur les différentes catégories qui composent le marché. Ainsi, on devrait constater la plus grande augmentation de revenus dans le secteur des services. Celui-ci devrait passer de 24,6 milliards de dollars en 2011 à 97,9 milliards en 2017, avec un taux actuariel de 26,6%. De même, le secteur du contenu devrait atteindre les 72,9 milliards de dollars en 2017, soit un taux actuariel de 12,1%, et le secteur des logiciels, plus de 37,1 milliards de dollars. On remarque enfin que ce sont les éléments immatériels plutôt que matériels qui seront favorisés dans les années à venir. En effet, le "hardware", c'est à dire le matériel informatique, sera à la traîne par rapport aux autres secteurs avec quand même 12,1 milliards de dollars attendus pour 2017, et sera majoritairement porté par les tableaux numériques.

Les pays émergents rattrapent leur retard

Enfin, le rapport rappelle que ces chiffres seront majoritairement soutenus par l'Amérique du Nord, qui comptait en 2011 pour 60% du revenu total de l'éducation digital, et dont le taux actuariel devrait croître de 15,2% entre 2012 et 2017. Mais les autres continents, estimés comme émergents, ne seront pas en reste. Le rapport estime ainsi que les pays de l'EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique) devraient contribuer pour 55,5 milliards de dollars, soit 24,3% de taux actuariel. Et, de même, l'APAC, qui correspond aux pays d'Extrême-Orient, du sous-continent Indien et d'Océanie, devraient représenter 42,6 milliards de dollars d'ici 2017, soit un taux actuariel sur la période de 26,9%.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas