FounderBus France: Jour 5

Par 04 décembre 2012
Founder Bus 51

La finale européenne des bus-preneurs a eu lieu hier chez Microsoft. Une centaine de jeunes entrepreneurs étaient réunis pour proposer leurs idées à un jury pas si simple à convaincre.

Après cinq longs et intenses jours de route, le jour le plus attendu de tous est arrivé. Tout le monde était fatigué, mais ravi d'être arrivé si loin.
La compétition d'hier n'était pas facile. Tous les projets présentés étaient le fruit d'un travail énorme et surtout, de beaucoup d'attentes. Malheureusement, une seule équipe a eu l'opportunité de passer à LEWEB'12. Et ça n'a pas été, à notre plus grand regret, le cas des Français.

Le jury, par contre, n'a pas rendu le choix facile. Plusieurs critères: l'idée du projet, pourquoi ils y croient. La faisabilité du produit. Puis, l'interactivité créée avec une communauté. Et enfin, le travail en équipe et l’exécution  Avec leur projet Haystack, ce sont les Allemands qui ont remporté la mise!
 
L'idée de l'équipe Haystack est de repenser le site de rencontre. Le site de rencontre devient chez eux un site d'entremetteurs. Il s'agit dans ce cas là plutôt de "matchdating". Tout le monde devient un "matchmaker", une espèce de "Cupidon", à partir d'une application mobile intégrée à Facebook. L'application puise dans le contenu même de Facebook et offre des rencontres uniquement à travers des amis. Le rendez-vous est alors arrangé par quelqu'un en qui vous avez confiance et pas par un total inconnu. C'est à dire des amis de vos amis deviennent les "dates" possibles. Selon une étude menée par Haystack sur cette dernière semaine, 87% de leurs sondés ont avoué qu'Ils seraient beaucoup plus susceptibles d'aller à une rendez-vous galant s'il était proposé par un ami. 60% ont également déclaré être intéressés par une application comme Haystack.

Alors qu'est que vous en pensez? Vous croyez que ça peut avoir le succès espéré ? Vous l'utiliserez? En tout cas, le jury y a cru, grâce à une belle présentation des Allemands. Affaire à suivre au LEWEB'12.

Les Français étaient, eux, bien sûr un peu déçus parce qu'ils croyaient fortement dans leurs projets. D'un autre côté, le fait qu'ils n'aient pas gagné la compétition ne veut pas dire que l'idée n'est pas bonne ni réalisable. Sait-on jamais.
L'expérience était en tout cas exceptionnelle, réalisée dans des conditions assez extrêmes, où les équipes ont réussi à créer des projets aboutis avec des inconnus en seulement 72 heures. En soi, une belle réussite!

Comme les organisateurs ont su le résumer hier : "Créer et organiser ce Startup Weekend en Europe, c'est comme organiser un mariage en seulement trois mois!"

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas