Les fournisseurs d'accès s'identifient pour l'internaute

Par 30 juillet 2008 1 commentaire
Mots-clés : Smart city, Europe

Avec Fidelity, les opérateurs télécoms gèrent les identités numériques de leurs clients. Ils se chargent de prouver l'identité du consommateur/citoyen lors d'un achat ou d'une démarche administrative.

Pour effectuer un achat en ligne, il est généralement nécessaire d'indiquer ses coordonnées bancaires ou un mot de passe permettant d'accéder à son compte une fois le premier achat effectué. Or il n'est pas rare d'oublier cet identifiant et de devoir attendre de le recevoir par mail. Un processus qui ralentit l'achat et qui est susceptible de décourager certains internautes. Pour le projet Fidelity*, l'une des solutions serait de permettre aux opérateurs d'agir comme des "fournisseurs d'identité". Avec ce projet, dont Orange est à l'origine, les opérateurs ont la main sur les informations personnelles des clients. Ce sont encore eux qui distribuent aux différentes parties les données nécessaires à l'accomplissement d'un achat. Le tout, avec l'accord du consommateur. Exemple : pour encaisser sa note, un hôtel s'adressera à l'opérateur, qui contactera le client pour savoir s'il valide la transaction.
Un cercle vertueux pour partager les données
Il ne lui restera alors plus qu'à indiquer à l'hôtel les informations nécessaires. "Quand les gens vont sur Internet, ils doivent systématiquement indiquer leurs noms et adresses. Ce que nous voulons, c'est mémoriser toutes ces  informations et les rendre accessibles en permanence depuis n'importe quel PC - chez soi, ou dans un cyber-café", commente Vincent Etchebarne, développeur de services innovants chez France Télécom. Le système permet également une plus grande flexibilité : "Si jamais vous changez d'adresse, vous ne devrez l'indiquer qu'à votre opérateur, et non pas à chaque site sur lequel vous êtes inscrit", ajoute-t-il. Côté protection de la vie privée, les partenaires du projet ont mis en place ce qu'ils appellent un "cercle vertueux". C'est-à-dire qu'ils proposeront aux fournisseurs de services comme les magasins en ligne de les rejoindre et de signer un contrat, qui leur donne la possibilité de partager les données sur les consommateurs sous certaines conditions et d'accepter d'effacer l'ensemble de ces informations à la simple demande d'un client.
Vers une commercialisation en France
Les clients pourront profiter du cercle vertueux d'un autre opérateur que le leur. Le projet reprend ainsi le principe du roaming, qui voit les opérateurs signer des accords avec d'autres telcos pour permettre aux utilisateurs de passer des appels avec leur ligne à l'étranger. Reste que les responsables de Fidelity ne donnent pas plus d'informations techniques sur le fonctionnement de leur système, en construction depuis 2005. Celui-ci implique trois autres opérateurs qu'Orange : TeliaSonera, Telenor et Amena. Plusieurs fabricants se sont également ralliés à l'initiative, parmi lesquels Ericsson et Axalto. Parvenu à terme à la fin de l'année 2006, il est actuellement en phase de commercialisation. Selon Orange, un contrat aurait été signé avec le gouvernement français, mais pour la mise au point d'un site permettant d'accéder à l'ensemble des services publics via un seul mot de passe. Pas de e-commerce encore en vue.
*Projet qui se déroule sous la houlette du réseau pan-européen de recherche et développement EUREKA.

Haut de page

1 Commentaire

Est ce que cela sera basé sur OpenID ? On peut l'espérer, puisque Orange s'est par ailleurs dirigé vers cette technologie qui semble répondre à un certain nombre de points cités dans cet article.

Soumis par Nicolas (non vérifié) - le 30 juillet 2008 à 09h42

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas