La fracture numérique menace-t-elle la compétitivité américaine ?

Par 21 mars 2008 1 commentaire

Les inégalités d'accès à Internet entre zones rurales et urbaines sont flagrantes outre-Atlantique. Une majorité d'Américains les pointent du doigt comme un facteur de perte de compétitivité à l'international.

A l'heure où près de 2,5 millions d'Américains bénéficient d'une connexion haut-débit par fibre optique, le fossé numérique reste très large outre-Atlantique. C'est en tout cas l'opinion d'une majorité des quatre cent lecteurs de magazines portant sur les télécommunications interrogés à ce sujet par le fournisseur Tellabs. 80 % d'entre eux estiment que le programme de subventions fédéral devrait se consacrer aux régions, notamment rurales, et qui sont les moins bien lotis en termes d'accès à l'Internet large bande. Cependant ces données doivent être prises pour ce qu'elles sont : celles recueillies par un fournisseur de Télécoms qui s'établit sur le marché.
Inégalités économiques et sociales
Les sondés avancent notamment le préjudice qu'un faible niveau d'accès à Internet peut engendrer en matière d'éducation, de productivité, et d'emplois. Ils sont 90 % au total à aller dans ce sens. Dans ce cadre, Tellabs ajoute qu'environ 65 millions d'américains dépendent d'une connexion Internet pour leurs activités professionnelles ou éducatives. Se pose dès lors le problème de la définition du "haut-débit" retenue par les autorités américaines qui, selon les lecteurs interrogés, ne seraient pas représentatives de la réalité. Le régulateur des télécoms américain, la FCC, considère comme large bande toute connexion au débit supérieur à 200Ko/s. Une vitesse à laquelle "on télécharge un film en autant de temps qu'il faut pour le regarder".
Question de compétitivité nationale
84 % des sondés estiment que la définition officielle du haut débit doit être revue. Et cette dernière de correspondre au minimum requis pour la réception d'une vidéo streaming de qualité. Sur le plan international, les Etats-Unis ne se classent que quinzième au monde en termes de pénétration de l'Internet, d'après les statistiques de l'OCDE. Une véritable question de productivité nationale pour certains. "Nous disposons déjà de la technologie et des infrastructures pour introduire une nouvelle génération de services ultra-large bande" a déclaré Joe Savage président du Fiber to the Home Council. Et Dan Kelly, vice président Produit pour Tellabs d'ajouter : "Le haut débit est crucial pour maintenir la compétitivité américaine économique, comme au niveau de l'éducation".

Haut de page

1 Commentaire

Attention, petite erreur dans votre article : "Le régulateur des télécoms américain, la FCC, considère comme large bande toute connexion au débit supérieur à 200Ko/s"

> En réalité c'est 200 kbit/s et non 200 ko/s (200 ko/s ça fait 1600 kbit/s). Voir http://www.fcc.gov/cgb/broadband.html

Soumis par Stéfan Le Dû (non vérifié) - le 29 mai 2008 à 07h54

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas