La fracture numérique est aussi une question de genre

Par 09 décembre 2011
Mots-clés : Smart city, Europe
femme derrière ordinateur

En Espagne, les hommes sont plus nombreux que les femmes à se servir d'Internet. Une inégalité qui va de paire avec un accès général aux technologies plus bas que dans d'autres pays européens.

En Espagne, les femmes sont beaucoup moins nombreuses que les hommes à se servir du web. Cette fracture est plus importante que dans les autres pays de la région européenne, explique une équipe de l'université Complutense de Madrid, et qui a mené une étude sur le sujet. Selon les chercheurs, le pays arrive en effet à la vingtième place sur trente et un, sur le plan de l'e-égalité des sexes. Mais cette situation s'explique aussi par un usage moins poussé des technologies de l'information et de la communication dans leur ensemble : les Espagnoles arrivent à la dix-neuvième place au classement général, et les hommes à la dix-septième.

Des infrastructures insuffisantes à combler cette fracture

"Il est fréquent de penser que l'amélioration des infrastructures et de la situation des individus comble la fracture numérique. Cette étude montre que cela n'est pas toujours le cas", regrette Juan Martin Fernandez, co-auteur du rapport. Si l'on regarde les autres pays étudiés, cette corrélation entre égalité des sexes et taux d'adoption des TIC se retrouve : les pays qui enregistrent le plus petit différentiel d'accès au web entre hommes et femmes sont aussi ceux qui connaissent le plus fort taux d'usage des technologies.

Le nord de l'Europe bon élève

Il s'agit de l'Islande, de la Finlande, de la Norvège, du Danemark et de la Suède. La France, la Slovénie et la Hollande se trouvent aussi dans le peloton de tête. Reste qu'il existe malgré tout certaines exceptions : dans des pays comme le Luxembourg, l'Allemagne, ou le Royaume-Uni, les technologies représentent une part importante du quotidien des individus. Mais des individus majoritairement masculins. Parmi les mauvais élèves, en plus de l'Espagne, l'étude a placé la Grèce, Chypre, la Macédoine, la Croatie, l'Italie ou encore l'Irlande.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas