France : les constructeurs auto prennent doucement la mesure du 2.0

Par 15 mars 2010 1 commentaire
Mots-clés : Digital Working, Europe

Pour redorer leur image et communiquer directement avec le consommateur, les grandes marques de voiture américaine annoncent investir les réseaux sociaux. En France, les initiatives sont plus timides.

Chevrolet, Ford et General Motors comptent profiter du SXSW pour annoncer différentes initiatives dans le domaine des médias sociaux. Alors que le secteur est mis en difficulté, les constructeurs automobiles américains espèrent ainsi renouer avec leurs consommateurs. Une démarche qui n'est pas encore celle adoptée par les constructeurs français. Si ces derniers prennent aussi le pli du web social, c'est pour le moment dans une optique marketing. "Nous nous en servons essentiellement pour mettre nos produits en vitrine ou pour promouvoir des projets", explique à L'Atelier Jean-Briac Dalibard, responsable communication France de Peugeot. Même son de cloche chez Renault. "Nous utilisons les réseaux sociaux comme canal de promotion de nos produits, et comme extension du site Renault.com", détaille Aurélien Subsol, responsable de la communication numérique du constructeur, et interrogé par L'Atelier.
Pas de contrôle strict de l'image sur les réseaux sociaux
Les messages y sont postés de manière proactive", explique-t-il. "Nous sommes conscients que les internautes vont préférer nous suivre via ces canaux plutôt que sur le site". Chez Peugeot, il n'y a pas encore de contrôle strict de l'image de la marque sur ces médias. "Quand on cherche Peugeot sur Facebook, il y a plus de cinq cents résultats. Les trois quarts d'entre eux n'ont pas été initiés par la marque", explique Jean-Briac Dalibard. Et en cas de crise ? Au sein du principal constructeur français, en tout cas, on a regardé avec attention la manière dont Toyota a géré le rappel de millions de véhicules. "Nous avons observé ce qu'a fait le constructeur en twittant, en postant des vidéos de leur contrôle qualité sur YouTube...", explique Aurélien Subsol.
Un thermomètre... parmi d'autres
"Nous n'avons pas développé de solution en cas de crise mais nous nous posons la question". Pour les deux constructeurs, la remontée de l'information ne peut en tout cas pas provenir seulement des réseaux sociaux. "C'est un thermomètre, mais c'est loin d'être le seul", explique-t-on chez Renault. "Sur Internet on trouve aussi beaucoup de leaders d'opinion qui ont leur propre blog, des médias en ligne...". Et de poursuivre : "la veille et le contrôle de l'e-réputation doivent prendre tout ça en compte". Pour Jean-Briac Dalibard, les outils et processus spécifiques dédiés à la remontée de l'information sont suffisamment efficaces. "Nous avons un service client qui fait ça très bien", conclut-il.

Haut de page

1 Commentaire

Une autre initiative sympatique en Europe est celle de Honda, avec son projet Live Every Litre, qui a pour objectif de co-créer un road movie (documentaire) multilingue dont les acteurs sont les internautes, qui au péalable proposent leurs idées de voyages. Toute la panoplie des médias sociaux est mise en oeuvre. Mon billet à ce sujet http://bit.ly/bQ8HL0 et le site Live Every Litre: http://www.liveeverylitre.com/

Soumis par Patrick (non vérifié) - le 15 mars 2010 à 15h38

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas