France : la géolocalisation plébiscitée, mais pas encore totalement explorée

Par 07 décembre 2010
Mots-clés : Smart city, Europe
un gps sur une carte

Les outils de positionnement géographique séduisent des utilisateurs de plus en plus convaincus par leur intérêt pratique. Mais du chemin reste à parcourir en ce qui concerne les applications mobiles, notamment.

Les Français commencent à adopter massivement les outils de géolocalisation, mais ne maîtrisent pas encore toutes les possibilités offertes par ces solutions. Voilà l’un des constats principaux de l’étude Ifop pour L’Atelier. Près des deux tiers des personnes interrogées déclarent aujourd’hui posséder un outil de positionnement (65 %). Mais il s’agit encore principalement de GPS de voiture, et moins de 20 % des Français utilisent leur téléphone portable à des fins de géolocalisation. D’un point de vue plus qualitatif, les Français sont très nombreux (plus de 80 %) à juger ces solutions utiles. Point important : un tiers des possesseurs de système de géolocalisation l’emploie pour trouver des boutiques ou des points de vente.

Les applications de partage de lieu encore peu connues

Ce qui est particulièrement le cas pour les populations jeunes, les professions libérales et les cadres supérieurs. Une majorité de personnes ne connaît aucune application mobile de géolocalisation. Facebook Places est l’application de partage de lieu la plus connue des personnes interrogées, mais n’est pas la plus utilisée. Seul un tiers des répondants connaissant ces solutions se sont déjà localisés par ce biais. Dismoioù, Gowalla, Plyce ou encore Foursquare séduisent davantage, en pratique. Par ailleurs, les raisons qui poussent ces mobinautes à utiliser de telles applications sont variées.

Des raisons variées

Plus d’un tiers invoquent leur souhait de partager des points d’intérêt, ou de visiter un lieu de façon inédite. 32 % citent l’envie de donner leur position à des proches. Le caractère pratique de ces applications étant privilégié à leurs aspects ludiques. Enfin, malgré l’intérêt des Français pour ces services de géolocalisation, les trois quarts des personnes interrogées manifestent des inquiétudes quant à la diffusion de ce type d’information. A noter : l’étude a été menée du 3 au 5 novembre 2010, auprès d’un échantillon de 995 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas