La France se met au porte-monnaie électronique.

Par 07 juillet 1999

En phase de test depuis fin 1998 à Noisy-le-Grand, le premier projet Modéus, réunissant la Société Générale, La Poste, les Caisses d’Epargne, les Banques Populaires ainsi que la SNCF et la RATP, pas...

En phase de test depuis fin 1998 à Noisy-le-Grand, le premier projet
Modéus, réunissant la Société Générale, La Poste, les Caisses d’Epargne,
les Banques Populaires ainsi que la SNCF et la RATP, passera en septembre
à la vitesse supérieure, gare Montparnasse, avec 50 000 utilisateurs.
Monéo, réunissant la BNP, le Crédit Agricole, le Crédit Lyonnais, les
Banques Populaires, le Crédit Mutuel, le CIC et le CCI permet aux
Tourangeaux, depuis le 20 juin, d’expérimenter sur une même carte à puce
un système de paiement traditionnel et une fonction porte-monnaie.
Enfin, le dernier projet, Mondex, sous licence d’exploitation acquise par
le Crédit Mutuel, inaugure le paiement par carte de petites sommes,
exclusivement en euros, dans la communauté urbaine de Strasbourg.
Ces trois expériences de PME reflètent toutefois une incertitude. Dans un
cas, on l’associe à un titre de transport, dans un autre, on le couple à
une carte bancaire traditionnelle , dans le troisième cas, il est seul. On
peut se demander si le PME a un avenir? Ainsi, en Allemagne la fonction
PME a été installée sur toutes les cartes de crédit émises depuis 1996.
Or, sur 45 millions de PME en circulation fin 1998, ils n’étaient
employés que 0,3 fois par an en moyenne. Les débuts aux Etats-Unis n’ont
guère été plus convaincants. Le dernier projet en date réunissant
Citibank, Mastercard et Visa s’est terminé sur un fiasco. Moins de 100 000
utilisateurs se sont laissés séduire. La plupart des 600 commerçants de
Manhattan équipés de lecteurs ont rapidement renoncé à les employer.
(Le Monde Interactif 7/07/1999)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas