France Télécom invente la première cabine téléphonique sous-marine.

Par 22 novembre 2001
Mots-clés : Smart city, Afrique

France Télécom R&D a inventé, en partenariat avec la société Amphicom, un dispositif permettant, pour la première fois, une communication téléphonique avec un plongeur en activité sous l’eau. Simpl...

France Télécom R&D a inventé, en partenariat avec la société Amphicom, un
dispositif permettant, pour la première fois, une communication
téléphonique avec un plongeur en activité sous l’eau. Simple
d’utilisation, celui-ci garantit à tout moment une liaison claire depuis
un fixe ou un mobile avec une personne immergée, sans limitation de
profondeur.
Le dispositif comprend une bouée de surface dotée d’un téléphone GSM
relais, assurant la communication bidirectionnelle avec une station
sous-marine, l’équivalent d’une cabine téléphonique classique. Celle-ci,
reliée à la bouée par un fil, dispose d’un numéroteur (type clavier
téléphonique), d’un embout buccal spécifique pour parler, d’une lampe et
d’un bruiteur.
Le plongeur est averti d’un appel par le bruiteur et un flash lumineux. Un
système d’écoute sous l’eau par conduction osseuse permet d’effectuer la
mise en relation des interlocuteurs. L’onde sonore émise à la surface
passe par le dispositif pour parvenir jusqu’à l’embout. Le plongeur serre
les dents sur ce dernier et actionne le bouton commandant le décrochage du
combiné. Les vibrations sonores se propagent jusqu’à son oreille via sa
boîte crânienne. Il peut alors entendre distinctement les sons lui
parvenant et correspondre avec la surface, en mode duplex. L’intégration
d’un numéroteur dans ce dispositif permet au plongeur de joindre sous
l’eau n’importe quel interlocuteur sur son téléphone fixe ou son mobile en
composant son numéro.
Ce dispositif, expérimentée depuis la fin 2000 par les archéologues du
centre d’Etudes Alexandrines, chargées des fouilles sous-marines sur
l’emplacement présumé du phare d’Alexandrie en Egypte, devrait entrer en
phase d’industrialisation d’ici la fin 2002.
(Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 22/11/2001)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas