France Télécom lance une offre de gros d'ADSL nu

Par 14 avril 2006
Mots-clés : Digital Working, Europe

Afin de répondre aux exigences de l'Arcep (Autorité de régulation des communications et des postes), France Télécom lance une offre de gros d'ADSL nu. Pour la première fois, il est possible de...

Afin de répondre aux exigences de l'Arcep (Autorité de régulation des communications et des postes), France Télécom lance une offre de gros d'ADSL nu. Pour la première fois, il est possible de souscrire à un abonnement haut débit sans pour autant payer d'abonnement téléphonique.
 
Aujourd'hui, il s'agit d'une offre de gros destinée aux opérateurs alternatifs. France Télécom la commercialise à 22,40 euros hors taxes par mois. L'opérateur qui y souscrit devra aussi s'acquitter de 66 euros de frais de mise en service.
 
Concrètement, cette offre va permettre à France Télécom de proposer une connexion ADSL sans avoir à payer un abonnement téléphonique. Et elle permet d'emblée aux opérateurs alternatifs d'en faire autant. Remarquons cependant que le prix de 22,40 hors taxes plus 66 euros de mise en service est assez élevé. Chaque abonné ADSL seul coûtera au minimum cette somme à l'opérateur alternatif. Cela limite donc l'attractivité de ce type d'offres.
 
L'opérateur historique donne toutefois avec cette annonce le coup d'envoi d'un nouveau type d'offres. France Télécom travaille en effet sur des forfaits haut débit/mobile et ADSL seul qui pourraient intéresser certaines catégories de la population comme les étudiants ou encore les habitants qui ont une résidence secondaire.
 
Le dégroupage total permet de s'affranchir de l'abonnement téléphonique payé à France Télécom (13,99 euros). Cependant, dans le forfait que l'on paye à son opérateur alternatif, une partie est reversée à l'opérateur historique est représente en fait le tarif de gros de l'abonnement téléphonique. Cette redevance sert à la maintenance du réseau de France Télécom.
 
L'annonce de l'opérateur historique est à prendre avec des pincettes. Ses conséquences concrètes pour l'utilisateur final ne sont pas aujourd'hui définies. Elle répond en fait à une contrainte juridique imposée par l'Arcep: avant de lancer une offre, France Télécom doit donner la possibilité à ses concurrents de répliquer avec une offre similaire. L'Arcep n'a pas encore réagi à l'annonce.
 
(Atelier groupe BNP Paribas - 14/04/2006)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas