France Télécom devrait rapidement baisser ses tarifs en 1998 pour lutter

Par 18 décembre 1997
Mots-clés : Digital Working, Europe

contre la concurrence de Cegetel. Devant 1 500 "décideurs" de l'entreprise, Michel Bon a exposé hier sa typologie des concurrents. France Télécom serait ainsi en présence de quatre types d'acteurs :...

contre la concurrence de Cegetel. Devant 1 500 "décideurs" de
l'entreprise, Michel Bon a exposé hier sa typologie des concurrents.
France Télécom serait ainsi en présence de quatre types d'acteurs : les
opérateurs généralistes disposant d'une infrastructure nationale, comme 9
Telecom et Cegetel - les opérateurs de niches disposant d'infrastructures
(téléports ou WorldCom), les opérateurs de niches ne disposant pas
d'infrastructures, les revendeurs généralistes (Omnicom, Equant, peut être
les SSII). Pour Michel Bon, très surprenant, 9 Telecom et Cegetel ne
figurent pas parmi ses concurrents les plus dangereux, le danger viendrait
davantage de groupes comme WorldCom qui vont "écremer le marché". Face aux
tarifs proposés par Cegetel et 9 Telecom, Michel Bon déclare que France
Télécom doit "expliquer aux clients que ses tarifs ne sont pas chers. Ce
qui implique avoir les prix les plus proches possibles de ceux des
concurrents. Et donc baisser très rapidement les tarifs actuels". S'étant
engagé auprès des pouvoirs publics à baisser ses tarifs en moyenne de 9 %
en 1998, Michel Bon indique "qu'il faut aménager les tarifs et les
personnaliser". Les commerciaux vont ainsi devoir vendre davantage
d'options tarifaires et d'offres couplées. Pour 1998, Michel Bon prévoit
une croissance de 2 à 3 % du chiffre d'affaires. Par ailleurs, France
Télécom "veut être reconnu comme le leader français de l'Internet" avec
400 000 abonnés l'an prochain (100 000 en 1997).
(L'Agefi - La Tribune - 18/12/1997)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas