France Télécom réclame 25 milliards de F pour vendre son réseau câblé.

Par 01 juillet 1998
Mots-clés : Digital Working, Europe

Lors de la conférence annuelle des télécoms organisée par les Echos, le président de l’ART a indiqué que les 37 dossiers déjà traités représentent au total des investissements de 23,7 milliards de ...

Lors de la conférence annuelle des télécoms organisée par les Echos, le
président de l’ART a indiqué que les 37 dossiers déjà traités représentent
au total des investissements de 23,7 milliards de F, un chiffre
d’affaires de 38 milliards de F et
12 000 créations d’emplois.
Pour sa part, Jean-Marie Messier, président de Cegetel, a indiqué que son
entreprise devrait compter en fin d’année 5 millions de clients pour le
téléphone fixe, le mobile et Internet. En deux ans, Cegetel a embauché
près de 4 000 personnes.
Toutefois, l’éternel problème du câble envenime toujours les relations
entre France Télécom et les câblos opérateurs privés.
Aujourd’hui, France Télécom se déclare prêt à céder son réseau. Michel Bon
a ainsi indiqué “France télécom a investi 25 milliards de F pour ce
réseau câblé, et c’est à ce prix que nous sommes disposés à le vendre. Je
comprends bien que des entreprises qui ont une très longue expérience de
la rente veuillent s’en constituer une grâce à France Télécom” tout en
poursuivant “dans les réunions concernant le câble à Paris, il y a plus
d’avocats que de techniciens, ce qui n’est pas de nature à accélérer les
choses”.
Ce discours n’ayant pas été apprécié, Jean-Marie Messier a aussitôt
répondu “quand on est une entreprise cotée, on en profite pour dévaluer
certains de ses actifs. Il est hors de question pour nous de racheter une
somme d’erreurs et de gouffres accumulés tout au long du plan câble”. Le
groupe Suez Lyonnaise des Eaux, exploitant le câble à Paris se plaint,
pour sa part, que “France télécom coupe tous les soirs et les week-end
l’accès à Internet”.
Bien que la polémique soit vive, un analyste assure “c’est positif, si
l’on commence à parler gros sous, c’est que la discussion commerciale
n’est pas loin de commencer”.
A suivre de près.
(Les Echos 02/07/1998)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas