France Télécom rééquilibre ses tarifs.

Par 10 février 1999
Mots-clés : Digital Working, Europe

Comme prévu, l'opérateur a annoncé hier la poursuite du rééquilibrage de ses tarifs. A compter du 1er mars, l'abonnement principal mensuel va ainsi passer de 68 à 78 F TTC, soit une augmentation d...

Comme prévu, l'opérateur a annoncé hier la poursuite du rééquilibrage de
ses tarifs.
A compter du 1er mars, l'abonnement principal mensuel va ainsi passer de
68 à 78 F TTC, soit une augmentation de 14,7 %. Le contrat professionnel
mensuel va passer de 67 à 75 F HT et les contrats professionnels mensuels
Présence et Numéris de 91 à 99 F HT. En contrepartie, France Télécom
confirme la réduction des prix des communications nationales et
internationales.
A compter également du 1er mars, le prix d'une minute de communication
nationale passera de 1,14 F à 1 F TTC, soit une baisse de 12 %, et le prix
des appels internationaux sera réduit en moyenne de 10 % à la minute.
La tarification des communications locales reste inchangée : 0,28 F TTC la
minute, puis 0,74 F au delà des trois premières minutes. En revanche, la
plage horaire du tarif réduit sera étendue au samedi matin. Désormais, la
réduction de 50 % s'appliquera du vendredi 18 h au lundi 8 h ainsi que les
jours fériés.
Par ailleurs, l'abonnement modéré conçu pour des personnes appelant peu
passe de 34 à 39 F. France Télécom menace de faire disparaître cette
formule si une décision de l'ART autorisait les clients utilisant un autre
opérateur à bénéficier en même temps de l'abonnement modéré.

Enfin, prévu par la loi de réglementation des télécommunications de 1996,
un abonnement "social" va voir le jour à la faveur d'un décret
prochainement publié par le gouvernement. Les modalités d'application de
cet abonnement réduit et son montant ne sont pas connus pour l'instant de
manière précise. 2 millions environ de personnes bénéficiaires d'aides
publiques devraient être concernées. Pour bénéficier d'un prix
d'abonnement réduit de moitié, ceux-ci devront se déclarer auprès de leurs
organismes de gestion respectifs. Un fonds spécifique de 200 millions de F
(30,5 millions d'euros) sera débloqué pour ces personnes en difficulté. De
plus, une commission étudiera les dossiers des personnes en difficulté
débitrices envers un opérateur. Un service téléphonique minimum sera
maintenu. La facture totale de l'abonnement social pris en charge dans le
cadre du service universel s'élèvera à 1,1 milliard de F (167 millions
d'euros).

Directrice du marketing de la branche public de l'opérateur, Carole
Froucht souligne "France Télécom confirme ainsi sa stratégie d'entreprise
compétitive dans un environnement de plus en plus concurrentiel" tout en
précisant qu'il ne s'agissait pas en la matière "d'une stratégie de
riposte", mais "d'une politique tarifaire guidée par les considérations
d'usage".

Bien qu'il ne soit pas prévu, pour l'instant, de baisse du prix des appels
locaux qui sont, selon l'opérateur, "aujourd'hui positionnés à leur juste
niveau de prix", France Télécom étudie de nouveaux services et options
tarifaires. Ainsi, après le forfait local introduit en mars 1997, le
forfait longue distance pourrait voir le jour prochainement, de même qu'un
forfait Internet. Plusieurs propositions de forfait ont été soumises, dont
une permettant 20 heures de connexion pour 100 F par mois.
De plus, différentes offres tarifaires d'abonnement pourraient être
bientôt proposées à la clientèle grand public. Enfin, France Télécom
devrait prochainement mettre en place de nouveaux services comme le rappel
du dernier appelant ou le rappel sur occupation.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas