France Télécom subit une hémorragie : 10 000 abonnés par semaine

Par 03 octobre 2005
Mots-clés : Digital Working, Europe

D'après un rapport de l'Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes), France Télécom perdrait, chaque semaine, 10 000 clients ou abonnés. Ces clients annulent leurs contrats...

D'après un rapport de l'Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes), France Télécom perdrait, chaque semaine, 10 000 clients ou abonnés. Ces clients annulent leurs contrats avec l'opérateur historique pour s'engager chez un opérateur alternatif qui propose les services Internet, téléphonie et télévision.
Cette fuite s'explique par la compétitivité des offres proposées par les opérateurs alternatifs aussi bien au niveau des prix que des débits. Maintenant que la concurrence joue réellement, les tarifs sont plus bas. Le gouvernement impose des mesures pour une concurrence plus juste, comme l'ont montré les réunions entre Bercy et les opérateurs la semaine dernière.
Aujourd'hui, le dégroupage total - ne plus avoir de lien avec France Telecom- est plus populaire que le dégroupage partiel. Chaque semaine, 15 000 demandes de dégroupage sont effectuées dont 5000 au dégroupage partiel.
La France, avec 8 millions d'abonnés au haut débit au deuxième trimestre 2005, serait le "leader du haut débit en Europe", sur le marché grand public. Le taux de pénétration de l'ADSL en France atteint 12,1 % du marché.
A ce sujet, lire aussi :

Conclusion de la rencontre entre Bercy et les opérateurs (29/09/2005)
(Atelier groupe BNP Paribas- 03/10/2005)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas