France : une culture de l'innovation qui peine encore à émerger

Par 23 juillet 2012 4 commentaires
innovation in France

L'innovation en France, encore douloureuse ? Pour beaucoup, oui. Les responsabilités sont nombreuses, mais les projets et initiatives à venir pour tenter de changer la donne également.

La France n'aurait pas produit d'entreprises véritablement innovantes depuis plus de 40 ans. C'est le constat plutôt dur effectué récemment par Terra Nova, un think tank dédié à la réflexion sur des solutions politiques innovantes, dans son rapport intitulé "L'innovation en France : un système en échec". Un constat d'ailleurs partagé par Pascal Morand, directeur général de l'ESCP Europe et intervenant à l'Institut pour l’Innovation et la Compétitivité, un autre think tank consacrée cette fois à l'innovation en Europe. Selon celui-ci, "le sujet n'est pas nouveau, car il manque à la France une véritable culture d'innovation qui nécessiterait, en fait, une innovation sociétale". Qui pourrait avoir lieu, selon les analystes de Terra Nova, si, dans un premier temps, les chiffres de l'investissement en recherche et développement et en innovation en France se rapprochaient un peu plus des autres pays.

Un retard conséquent dans les dépenses en R&D

Car en effet, l'étude montre que la moyenne de la Dépense Intérieure en Recherche et Développement rapportée au PIB pour l'OCDE en 2008 se situait autour de 2,3%, alors que la France n'atteignait alors que 2%. Elle se plaçait ainsi en dessous de l'Allemagne qui atteignait 2,6% et bien loin derrière les États-Unis et le Japon qui pour leur part comptabilisaient respectivement 2,8% et 3,4%. A ces chiffres s'ajoute une donnée inquiétante, la France se positionne parmi les très rares pays ayant vu leur ratio de recherche et développement diminuer sur les dix dernières années. Des chiffres donc alarmants mais qui n'expliquent pas tout, selon Pascal Morand : "évidemment plus il y a de R&D, plus il y a d'innovation, mais je regrette que de nombreuses études ne s'appuient que sur ces données économiques pour justifier le retard". Car pour celui-ci, il est très réducteur de ne pas prendre en compte
d'autres facteurs comme le design, la démarche globale des entreprises ou même la diversification des équipes.

Des initiatives qui devraient changer la situation à l'avenir

Alors comment faire émerger l'innovation dans un pays qui ne possède pas une telle culture de croissance ? "Tout n'est pas actuellement négatif en France mais il est nécessaire de se poser la question de qui apporte des idées nouvelles, et proposer des initiatives en accord", explique-t-il. Comme c'est le cas des pôles de compétitivité, qui sont actuellement un véritable facteur de mobilisation. Et par le biais d'un changement dans l'enseignement supérieur.
Ce que prodigue également le rapport de Terra Nova qui, encore une fois, compare la France aux États-Unis. Rappelant qu'à la différence d'Harvard, Yale ou du MIT, les établissements et universités françaises ne sont pas reconnues internationalement. De plus, alors qu'en moyenne les universités américaines emploient 1100 post-doctorants, en France le chiffre tombe à un chiffre entre 50 et 120. "Il faut donc accorder plus de confiance aux étudiants,
leur permettre de se diversifier, d'effectuer un développement personnel, leur donner les outils pour être partie prenante
", conclut-il.

Haut de page

4 Commentaires

La performance dans le domaine de l'innovation n'était pas corrélée aux dépenses de R&D, loin s'en faut. C'est une idée reçue. Il est temps de penser l'innovation autrement que comme une simple conséquence de la R&D.

Soumis par Yves du Boisrouvray (non vérifié) - le 30 juillet 2012 à 10h50

Oui, cher monsieur Yves. loin s'en faut. La capacité des entreprises dans ce domaine dépend aujourd'hui plus d'un vrai système de management de l'innovation que de la R&D. Système impliquant tout le monde, basé sur les techniques de créativité et récompensant les résultats. La R&d peut aider à structurer, mais elle n'est pas indispensable. Mustapha BOUBAYA

Soumis par Mustapha BOUBAYA (non vérifié) - le 30 juillet 2012 à 11h37

La création d'un responsable de l'Imagination Industrielle au sein du Cabinet d'Arnaud Montebourg va dans le bon sens.
Mais le mal endémique français, pays d'ingénieurs dont nous pouvons nous féliciter, est de systématiquement associer innovation et R&D, et, partant, innovation à moyens à allouer.
Cela reste essentiel certes, mais 3 autres facteurs sont au moins aussi fondamentaux :
1/ en amont, bien en amont, favoriser l'enseignement de la créativité et de l'ouverture d'esprit dès l 'école et y consacrer du temps, réellement
Au même titre que le sport, l'innovation est une gymnastique qui se pratique tôt
2/ développer ce que jappelle la Q.I, qualité d'initiatives, à tous les niveaux de l'entreprise. Ainsi, petit à petit, une nouvelle posture se développera
3/ enfin, inciter les collaborateurs à penser l'innovation "jungaad" ( terme indien désignant une pratique système D, qui fait avec l'existant, combine et bricole pour inventer et faire mieux avec moins)
Comme le disait très bien Steve JOBS : " Stay hungry, Stay foolish"

Soumis par Brice AUCKENTHALER (non vérifié) - le 31 juillet 2012 à 08h38

Bonjour,
Je chercher à savoir ce qu'est véritablement une culture d'innovation ?
Pouvez vous m'aider ?
Merci d'avance.

Soumis par Pujol (non vérifié) - le 16 octobre 2012 à 22h39

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas