Fraude au clic : les annonceurs coréens montent au créneau

Par 15 juillet 2008 2 commentaires

Pour lutter contre cette escroquerie, les petites et moyennes entreprises du pays ayant recours à la publicité en ligne se regroupent en association et envisagent de porter plainte.

La publicité en ligne se porte si bien en Corée que sa part a atteint environ 15 % du marché national de la publicité. Cet essor s'accompagne cependant d'un mécontentement croissant de certains annonceurs. Des petites et moyennes entreprises faisant de la publicité sur Internet ont ainsi créé une association des publicitaires en ligne et s'apprêtent à porter plainte contre les grands portails et les agences de publicité sur le web. Ils arguent que les effets de la publicité en ligne sont faibles comparés aux coûts qu'elle occasionne, notamment à cause de la fraude au clic. Le fait d'annoncer en ligne se base typiquement sur le modèle économique du coût au clic. Si un utilisateur d'Internet tape par exemple les termes "fleurs à domicile " sur un moteur de recherche et clique sur un lien commercial dans les résultats de sa recherche, la société vers laquelle il est redirigé est automatiquement facturée.
Des robots chargés de cliquer
Le problème est que ce système génère depuis longtemps une fraude importante, notamment de la part de sociétés qui utilisent des robots pour gonfler l'ardoise publicitaire de leurs concurrents. Certains annonceurs accusent les portails et les agences de publicité de mal filtrer les clics. "Le système du pay per click semble idéal, mais en réalité la fraude au clic peut être répétée à l'infini, si bien que les effets de la publicité deviennent dérisoires" explique un membre de l'association. "Il serait temps que les fournisseurs de services publicitaires admettent que la technologie ne peut remédier complètement aux abus et qu'ils instaurent de nouvelles politiques." Comme un élargissement du coût par action, où l'annonceur ne paye que pour une action donnée, par exemple un achat effectué. Les annonceurs voudraient enfin que les adresses IP de ceux qui cliquent leurs soient révélées afin de pouvoir déterminer la provenance des fraudes.
Un fléau mondial
Ils se heurtent pour l'instant aux refus des portails et des agences, qui invoquent le respect de données privées. Ces derniers prétendent enfin disposer de systèmes de prévention contre la fraude au clic globalement efficaces. Overture, une agence de publicité qui gère 70 % du marché coréen, emploie par exemple diverses méthodes pour prévenir la fraude. Un système de filtrage observe ainsi combien de clics conduisent à de véritables transactions tandis qu'un service bloque ceux émis depuis des lieux tels que l'Afrique, où la publicité coréenne n'a en principe aucun impact. Pour rappel, selon une étude menée par Click Forensics, la fraude au clic sur les liens sponsorisés serait en baisse dans le monde mais resterait à un niveau très élevé : elle serait passée de près de 30 % au quatrième trimestre de 2007 à environ 27 % début 2008. En 2007, la Corée du sud aurait été le troisième repère mondiale pour cette fraude, derrière l'Inde et l'Allemagne.

Haut de page

2 Commentaires

En communiquant sur www.ruzeo.com, les annonceurs éviteraient tous les désagréments évoqués dans l'article ci-dessus.
Le business model n'est plus le pay-per-click mais le "pay-per-contact"; où le contact est un SMS ou un email envoyé au membre qui l'invite à se rendre en point de vente pour bénéficier de la promotion qu'il a reçue.
www.ruzeo.com, site de marketing direct edité par Vyago, est actuellement en phase finale de lancement sur le marché réunionnais et bientôt sur le marché métropolitain.

Soumis par Victor Emery (non vérifié) - le 16 juillet 2008 à 12h28

Bonne idée en tous cas, mais il faut quand même que l'utilisateur accepte de laisser ses infos personnelles, ce qui est plus contraignant. Ca se rapproche donc du paiement au formulaire, ce qui est de plus en plus pratiqué par des plateformes comme TradeDoubler ou autres.

Sinon, Victor, votre lien ne fonctionne pas, il faut enlever la virgule : www.ruzeo.com

Soumis par Julien Tessier (non vérifié) - le 17 juillet 2008 à 07h41

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas