Fraude sur Internet : l'opération coup de balai des Etats-Unis

Par 21 novembre 2003
Mots-clés : Smart city

« Les criminels sur Internet pensent qu'ils peuvent commettre des délits en toute impunité. L'opération coup de balai (« cyber sweep ») leur a prouvé qu'ils se trompaient ». Le ministre de la jus...

« Les criminels sur Internet pensent qu’ils peuvent commettre des délits en toute impunité. L’opération coup de balai (« cyber sweep ») leur a prouvé qu’ils se trompaient ». Le ministre de la justice américain, John Ashcroft, a ainsi introduit l’annonce à la presse de l’arrestation de 125 cyber-délinquants.

L’opération « cyber sweep » a coordonné les participations d’une trentaine de procureurs, du FBI, des services secrets américains, du bureau de l’immigration, etc. Plus de 125.000 victimes ont été recensées et les enquêteurs ont estimé que globalement, ces personnes avaient été flouées de plus de 100 millions de dollars. Au nombre des délits recensés, beaucoup d’escroqueries commerciales : vente en ligne de biens de contrebande, escroqueries via des sites de paiement en ligne,… mais aussi du piratage informatique : usurpation de l’identité de particuliers, piratage de systèmes d’entreprise pour voler des coordonnées bancaires et des numéros de cartes de crédit, envoi de courriers électroniques utilisant de faux logos, vol de documents gouvernementaux confidentiels, etc. Les autorités ont procédé à l’arrestation et à la condamnation de 125 fraudeurs.

Les porte-parole de chaque instance impliquée dans cette opération se sont accordés pour faire de la cyber-délinquance leur cheval de bataille, et pour travailler en étroite collaboration avec les autorités de toutes les nations du monde. Interpellant les cyber-délinquants, Timothy Muris, président de la commission fédérale du commerce a déclaré : « Internet n’est pas un monde à part et nous n’aurons de cesse de vous pister, de vous traquer, et de vous arrêter. »

(Atelier groupe BNP Paribas – 21/11/2003)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas