Free lance une action en justice contre l'UFC-Que Choisir

Par 20 décembre 2006
Mots-clés : Smart city, Europe

Free tiendrait-il sa revanche? Deux responsables de l'association de consommateurs UFC-Que Choisir, qui avait coordonné début 2006 le lancement de 170 actions contre Free, ont été assignés en...

Free tiendrait-il sa revanche? Deux responsables de l'association de consommateurs UFC-Que Choisir, qui avait coordonné début 2006 le lancement de 170 actions contre Free, ont été assignés en justice par le FAI pour diffamation.
 
En mai 2006, l'UFC-Que Choisir avait annoncé dans un communiqué l'ouverture d'une action en justice par des abonnés mécontents de la qualité du service et des pratiques commerciales de l'opérateur alternatif.
 
Dans ce texte, l'association avait qualifié l'opérateur "d'incroyablement autiste" et avait exposé les griefs des clients Free, qui se plaignaient de "prélèvements forcés" ou de "recours aux services de sociétés spécialisées dans le recouvrement qui exercent une pression illégitime et donc scandaleuse sur les consommateurs".
 
L'opérateur alternatif, qui a considéré ces propos diffamatoires, a déposé plainte en juillet devant le tribunal de grande instance de Paris contre Alain Bazot, président de l'association, et Jean-Paul Geai, rédacteur en chef du magazine Que Choisir.
 
Les deux hommes ont déjà été auditionnés le 21 novembre par le juge d'instruction. La date de l'audience n'a pas encore été fixée.
 
Mais selon Le Monde, Alain Bazot aurait annoncé le 14 décembre sa mise en examen, à l'occasion de la remise du prix "Manager de l'année 2006" par Le Nouvel Economiste. Ironie de l'histoire, le journal l'a élu "Régulateur de l'année". A suivre...
 

(Atelier groupe BNP Paribas – 20/12/2006)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas