Free s'empare de la fibre optique en Ile-de-France: une nouvelle difficulté pour France Télécom?

Par 11 septembre 2006
Mots-clés : Digital Working, Europe

Le doute planait. La publication ce matin d'un communiqué de presse par Free l'a éclairci : à partir du premier semestre 2007, le fournisseur d'accès à Internet va déployer à Paris et dans...

Le doute planait. La publication ce matin d'un communiqué de presse par Free l'a éclairci : à partir du premier semestre 2007, le fournisseur d'accès à Internet va déployer à Paris et dans quelques villes des Hauts-de-Seine et de province un réseau à très haut débit basé sur la fibre optique. Coût de l'opération : 1 milliard d'euros d'ici à 2012.
 
Cette nouvelle technologie vise à remplacer le fil de cuivre de la ligne du téléphone, jusqu'ici majoritairement utilisé, par un câble de fibre optique. Celui-ci permet de disposer d'un débit supérieur (1 G.bit par seconde) et symétrique (envoyer des données aussi vite que l'on en reçoit). Outre cette plus grande rapidité, Free a précisé que ce réseau offrira au consommateur un meilleur service. Soit une qualité de débit similaire quelle que soit la distance, ou encore la garantie de la fin des erreurs de câblage, mais aussi la mise à disposition d'un grand nombre d'applications vidéo comme la TV HD.
 
La Freebox actuelle sera remplacée gratuitement par une Freebox optique, la Freeboxo. L'abonnement restera au même tarif que celui pratiqué par la société depuis le début : 29.99 euros. Enfin, alors que le coût de raccordement est estimé à 1000 euros par utilisateur, aucun frais ne devrait être facturé.
 
La mise en place d'un réseau en fibre optique est "une étape décisive en matière d'innovation et de concurrence", a souligné le groupe dans son communiqué. C'est aussi la possibilité pour le FAI de se démarquer de France Télécom. En effet Free disposera d'une boucle locale propriétaire pour la première fois de son existence. Cette acquisition le libèrera de tout paiement de frais de câblage et de frais récurrents à France Télécom.
 
La filiale d'Iliad a choisi la solution de l'Ethernet P2P ou Ethernet direct Fiber, qui consiste en l'installation pour chaque abonné de la fibre optique à domicile, celle-ci étant reliée directement au nœud de raccordement. Cette application, qui propose praticité et optimisation du débit, se distingue de celle de type point-à-multipoint PON (Passive Official Network) envisagée par l'opérateur historique.
 
Cette décision remue le milieu des opérateurs. Et devrait pousser ceux-ci à envisager de nouveaux choix. Neuf Cegetel, par exemple, qui prépare son entrée en Bourse, n'avait pas prévu de s'équiper dès à présent. Pour France Télécom, la situation est aussi complexe : l'opérateur, qui commençait à réfléchir à la solution du FTTH (Fiber To The Home), va devoir accélérer ses procédures mais aussi remanier ses coûts, ceux-ci ayant été estimés à 80 euros par mois.
 

(Atelier groupe BNP Paribas – 11/09/2006)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas