Quels sont les freins à la création d’entreprise ?

Par 18 octobre 2002 1 commentaire
Mots-clés : Smart city, Europe

517 personnes ont répondu au sondage mis en ligne du 1er septembre au 1er octobre 2002 sur le site Internet du greffe du Tribunal de commerce de Paris, pour comprendre en quoi constituent ...

517 personnes ont répondu au sondage mis en ligne du 1er septembre au 1er octobre 2002 sur le site Internet du greffe du Tribunal de commerce de Paris, pour comprendre en quoi constituent du point de vue des entrepreneurs les freins à la création d’entreprise. 70 % de créateurs d’entreprise potentiels et 30 % d’entrepreneurs ont répondu à ce sondage, dont 26 % de femmes et 74 % d’hommes. 16 % des répondants ont moins de 25 ans, 40 % de 25 à 35 ans, 39 % de 35 à 55 ans, 5 % plus de 55 ans. Trois mots résument les besoins des entrepreneurs et créateurs : simplification, information, accompagnement. Créateurs et chefs d’entreprises constatent un manque d’information et d’accompagnement de la création, notamment en amont et en aval de celle-ci. L’usage du jargon administratif, les avis divergents des différents services et une certaine incompréhension de l’administration à leur égard sont pointés du doigt. Concernant leurs rapports avec les services sociaux et fiscaux, de nombreux créateurs avouent leur fragilité et sont contraints de faire appel à des conseils pour les aider. Ils souhaiteraient que les administrations fiscale et sociale soient plus à l’écoute du monde des entreprises et qu’elles deviennent de véritables conseillers-partenaires. Les chefs d’entreprise estiment que les services financiers méconnaissent certains secteurs, appliquent des taux d’intérêt trop élevées, ne privilégient souvent que les grands projets et le risque « zéro ». Les nombreuses aides publiques pouvant pallier ces difficultés sont jugées difficiles d’accès, insuffisantes et peu adaptées. 57,4 % des créateurs d’entreprise jugent l’aide à la création d’entreprise « insuffisante », voire « inexistante ». 42,2 % des créateurs d’entreprise ont une appréciation très négative de l’assistance fournie par l’ensemble des organismes intervenants en amont de la création. 30,6 % s’estiment satisfaits, 27,17 % envisagent un progrès nécessaire. 45 % des créateurs d’entreprise perçoivent le mode d’immatriculation de l’entreprise, en terme de traitement et de délai, « satisfaisant », 22,6 % « en partie satisfaisant » et 32,4 % « peu satisfaisant ». 68,3 % d’entre eux souhaitent effectuer leur formalité d’immatriculation eux même par Internet. 24 % s’y opposent. 38,6 % estiment que les services en ligne répondent à leurs besoins et 79,7 % apprécieraient que ces services soient étendus à d’autres domaines. Pour 66,4 %, l’attribution sans coût d’un certificat électronique est un plus. 54 % des chefs d’entreprise se souviennent de l’aide apportée lors de la création de leur entreprise de façon globalement négative. 46 % la jugent positive. 44 % des chefs d’entreprise portent une appréciation très négative sur l’assistance fournie par l’ensemble des organismes intervenants en amont de la création. 32 % en sont satisfaits et 24 % estiment un progrès nécessaire. (Christine Weissrock – Atelier Groupe BNP Paribas – 18/10/2002)

Haut de page

1 Commentaire

[...] Samsung vient de lancer son premier téléphone mobile à énergie solaire, le « Crest solar»  (E1107) permettant ainsi aux utilisateurs de charger la batterie du téléphone là où il n’y a pas d’électricité. >> lien ici. [...]

Soumis par B3B | Revue de l’actualité bancaire du 29 juin (non vérifié) - le 05 juillet 2009 à 08h01

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas