Quand le fret s'inspire du covoiturage

Par 17 août 2009

Un service web assiste les PME dans l'organisation de leur logistique. Mimant les dispositifs habituellement utilisés pour des passagers, il facilite la mise en commun des véhicules destinés au transport de marchandises.

Le transport de marchandises par camions est souvent un passage obligé pour les petites entreprises et le coût - financier aussi bien qu’environnemental - en est souvent très élevé. Pour les instituts Fraunhofer de Prien et Stuttgart*, la solution tient dans le cotransport. Fruit de leur collaboration, Intermodal4all se présente sous la forme d’un outil web collaboratif qui étudie toutes les possibilités routières et ferroviaires. Il suggère ensuite aux PME locales un partenaire dont la cargaison emprunte la même direction. L’itinéraire emprunté par les marchandises est indiqué sur une carte, qui précise les portions de route et de rail communes.
Un outil économe et modulable
Selon les cas, il est possible d’utiliser les connexions ferroviaires existantes ou d’en affréter de nouvelles, en conjonction avec une autre entreprise. Le service est conçu de telle sorte qu’il soit facilement utilisable partout en Europe et intègre d’autres systèmes d’optimisation des transports qui peuvent toujours être utilisés. Cela le rend ainsi attractif auprès des entreprises de transport traditionnelles. Les bénéfices d’un tel système peuvent aller jusqu’à une réduction des coûts de 15 % estiment les experts. Une économie qui n’est pas négligeable en période de crise. Jusqu’ici il était très difficile pour une entreprise désireuse de recourir au cotransport d’obtenir une vue d’ensemble des possibilités offertes par la combinaison du routier et du ferroviaire.
Des systèmes existant trop complexes
Dans les systèmes actuellement à disposition, rien n’était prévu pour le transport partagé", explique Agnes Eiband, chef de projet Transport de fret à l’institut Fraunhofer IML. Les entreprises devaient alors localiser les plates-formes de transport de marchandises les plus proches de leurs activités, déterminer les connexions à utiliser, évaluer les coûts et organiser les livraisons. Sans compter que les cargaisons concernées suffisaient rarement à remplir un train complet. Au final, bien peu d’entreprises prenaient la peine d’effectuer ces démarches et choisissaient la facilité, c'est-à-dire le transport routier.
* Fraunhofer Institute for Material. Flow and Logistics (IML), Prien Projet Center Fraunhofer Institute for Production Engineering and Automation (IPA), Stuttgart

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas